Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 15:32

https://www.dailymotion.com/video/x1rcdzg_25-4-14-tremblement-de-terre-massage-cardiaque-au-bord-d-une-piscine-contexte_webcam

-----------------------


LA VERITE  VIVANTE  

http://eventtemples.com/

INTRODUCTION.

Pour  transmettre  ses  enseignements, l'ordre  enseignant Lyricus  emploie  les  contes  plus  que  les livres, les  discours  ou les  conférences.

 Les  histoires  sont des  outils  très  puissants  dans  les recherches  spirituelles  puisqu’elles  possèdent  des  possibilités  d’interprétation  et  une  créativité flexible  qui  font  d’elles  des  outils  merveilleux  pour  interagir  au sein  d’un  groupe.  

Dans  le  cas  des histoires  de  l’ordre  enseignant  Lyricus, elles  sont  aussi holographiques, pouvant être  comprises simultanément  sur  plusieurs  niveaux.  Cette  histoire  est  transcrite  par  James.

---------------

LA  VERITE  VIVANTE.

Dans  un  endroit  lointain  d’un  monde  tout  à  fait  semblable  à  la  Terre, un  étudiant vivait  dans  une université  et il  étudiait la  musique.  Il  était  solitaire,  possédait  un  bon  caractère  et cherchait toujours  à  accomplir  ce  qui était  juste.  Il  s’appelait  Alija  et  son  but, qui  lui a  été  transmit  par  son père,  était  de  composer  des  chansons  inspirées.  Le  rêve  d’Alija  était  de  composer  une  chanson  qui serait  si  belle  et  si  entraînante  –  uniquement  par  ses  tonalités  musicales  –  qu’elle  attirerait  un maître  spirituel  auprès  de  quiconque  l’interprèterait.

Durant  de  nombreuses  années, il  travailla  dans  sa  chambre  sur  cette  chanson,  tard  dans  la  nuit tandis  que  les  autres  dormaient,  seulement après  avoir  fini  ses  cours  et  rempli  ses  responsabilités.

Une  nuit,  alors  que  les  vents  s’apaisaient, il  trouva  par  hasard  un  air  de  musique  qui lui  avait échappé  jusque  là,  et il  fut  alors  certain  que  sa  chanson  était  terminée.  Il  fit  un  essai en  la  jouant pour  lui-même  une  première  fois.  Rien  ne  se  produisit.  Alors  il la  rejoua  une  deuxième  et  une troisième  fois, en  tentant  des  changements  subtils  dans  son  doigté.  Toujours  rien.  A  la  septième tentative,  il  finit  par  s’absorber  entièrement  dans  la  chanson  et  alors,  se  mit  à  tourbillonner  dans sa  chambre  un  nuage  silencieux de  particules  d'or,  d’où émergea  lentement  une  figure  humaine translucide.

Alija  fut  surpris  par  cette  apparition, et  il  cessa  de  jouer  sa  chanson  pendant  quelques  instants. Mais  il  remarqua  que  lorsqu’il  se  taisait,  cette  forme  commençait  à  disparaître  dans  la  douce  lueur de  la  bougie  qui éclairait  sa  chambre.  Il  se  reprit  vite  et  poursuivit  son  jeu.  Bientôt,  pour  sa  plus grande  joie,  Alija  se  trouva  en  présence  matérielle  du Maître  qu’il avait  souhaité  rencontrer, suffisamment  réelle  pour  qu’il  puisse  le  reconnaître  et pour  que  le  Maître  lui  demande  :  « Dans  quel but  m’avez-vous  appelé  par  cette  musique  ?  »

Alija  répondit  aussitôt,  tout  en  jouant sa  chanson  :  « J'ai des  questions  à  vous  poser, de nombreuses  questions  sur  le  travail céleste  et  sur  la  manière  dont  je  peux  parvenir  à  une  meilleure connaissance  de  l'univers  et de  l'âme.  »

Le  Maître  sourit, et répondit  sur  un  ton  solennel  :  «  Je  ne  peux  seulement  vous  dire  que  ce  que vous  cherchez  est  lié  à  la  manière  dont  vous  trouverez  la  vérité  vivante  à  l'intérieur  de  vous.  »

En  entendant  ces  paroles,  Alija  fut  étonné,  car  la  sagesse  et la  connaissance  de  ce  Maître  étaient grandes,  et il  avait  la  réputation  de  posséder  une  compréhension  large  et profonde  de  la  vraie nature  de  l'âme.  Par  respect pour  ce  Maître,  Alija  prit  en  considération  ses  paroles  et,  tout  en jouant toujours  sa  chanson,  demanda  : «  Comment puis-je  trouver  cette  vérité  vivante  ?»

Le  maître  tendit  un  de  ses  bras  menus  et  il  ordonna  d’une  voix  forte  et  surprenante  :  «  Arrête  de jouer  cette  chanson  !  »

Alija  avait peur  de  s’arrêter  car  il  savait  que  cela  aurait  pour  conséquence  la  disparition  de  ce Maître  et  qu’ainsi  l’accès  à  toutes  les  connaissances  partirait  en  fumée.  Il  continua  donc  de  jouer, en  ignorant  la  demande  du  Maître.

«  Pourquoi voulez-vous  que  j’arrête  de  jouer  quelque  chose  que  j'ai créé  pour  vous  ?  »

«  Cessez  cette  chanson  !  »  répéta  encore  une  fois  le  Maître,  mais  cette  fois  de  manière  détachée.

Alija,  se  rendit compte  qu’il  n’obtiendrait  aucune  autre  réponse  et  il  obéit  à  l’ordre  de  son  Maître. Alors  qu’il  s’exécutait,  il vit  l’image  du Maître  se  dissiper  en  douceur  dans  un  tourbillon  de  lumière dorée.  Soudain,  il  se  trouva  seul  dans  sa  petite  chambre.  Avec  pour  seul  son,  celui  de  sa  propre respiration  et pour  seule  lumière  celle  de  ses  bougies.

Alija  se  sentit rejeté  et désemparé.  Il  avait  finalement  réussi  à  atteindre  ce  qu’il  croyait  être  son but,  mais  le  Maître  vénéré  lui  avait  seulement dit d’arrêter.  Alija  avait  passé  des  milliers  d’heures pour  réaliser  son  projet,  et il  décida  de  continuer  à  jouer  avec  son  instrument, pensant que  tout cela  était  destiné  à  éprouver  sa  détermination.

De  nouveau  le  Maître  apparut  à  la  septième  répétition  de  la  chanson, mais  cette  fois  sans  masquer sa  déception  de  manière  aussi subtile.

Alija s’empressa  de  prendre  la  parole  :  « Vous  avez  suggéré….tout  à  l’heure, Maître,  que  vous  ne pouviez  m’enseigner  seulement  sur  des  questions  concernant la  manière  de  trouver  la  vérité vivante.  Il  est  possible  que  ce  soit  ainsi  que  je  l’ai trouvée.  J’ai travaillé  durant  de  nombreuses années  pour  composer  une  chanson  parfaite  qui puisse  vous  attirer,  afin  d’apprendre  votre enseignement.  Je  n’ai pas  trouvé  les  réponses  en  moi comme  vous  me  l’avez  indiqué.  Je  suis  un compositeur,  incapable  de voltiger  dans  les  hautes  sphères  de  la  recherche  philosophique.  Mon esprit  travaille  autrement…  ».

Et puis, dans  un  élan  de  son  âme, il  ajouta, «  J’entends  la  musique,  et  non  la  connaissance  et  les paroles  de  la  sagesse.  La  musique…  juste  la  musique.  »

L’expression  du  Maître  s’adoucit, comme  si  elle  pouvait  signifier  que  l’étudiant  était  sincère, et que cette  sincérité  obligeait  le  Maître  à  répondre.

« Vous  vous  réduisez  dans  la  compréhension  de  votre  esprit  éternel.  C’est  le  tout, et  en  même temps  c’est  en  tout.  C’est  une  condition  inhérente  à  celui  qui  a  l’honneur  de  revêtir  une  forme humaine  dans  le  champ  de  l’espace-temps.  Pourquoi  seriez-vous  différent  ?  »

Alija  écouta  en  pensant que  l’épreuve  se  passait bien  puisqu’il avait  reçu une  réponse.  «  Je  ne  me vante  pas  d'être  meilleur  que  les  autres, »  répondit-il, «  C’est juste  que  je  ressens  plus  fortement ma  soif  pour  la  connaissance  de  l’âme.  Est-ce  mal,  Maître  ?  ».

Alija  continuait  de  jouer  sa  chanson  en  pensant que  finalement,  il impressionnait  le  Maître.  Peutêtre  que  la  porte  de  la  connaissance  lui  serait  bientôt ouverte.

«  Votre  dimension  est  à  la  fois  biologique  et spirituelle, »  répondit le  Maître.  «  N’abandonnez  pas votre  biologie  à  la  poursuite  du  spirituel  parce  que  c’est par  la  biologie  que  vous  avancez  vers  le spirituel  –  créez  la  vérité  vivante  dans  votre  forme  humaine.  Et cette  vérité  vivante  se manifestera  sous  une  forme  musicale,  ou  comme  un  talent  en  horticulture,  ou  comme  une  capacité  à inspirer  les  personnes,  ou  par  le  rêve  de  comprendre  certains  aspects  de  la  science  rendus inaccessibles  aux regards  humains.  Quelle  que  soit la  forme  qu’elle  prenne  pour  vous, ne  reniez  pas la  vérité  vivante  en  en  faisant  quelque  chose  qui limite  votre  étreinte  des  mondes  spirituels  à l’intérieur  de  vous-mêmes.  Elle  est  tout  au  contraire  votre  étreinte  même  des  mondes  de  l’esprit  ».

Alija,  frappé  par  les  paroles  de  son  Maître, cessa  de  jouer  juste  pendant  la  durée  d’un  battement de  cœur.  L’espace  de  ce  court instant, il  commença  à  reconsidérer  son  approche.  Alors  que  ses doigts  se  déplaçaient  instinctivement sur  l’instrument qu’il  jouait,  il  remarqua  que  l’image  du Maître –  toujours  très  ténue  –devenait  encore  plus  faible.  Le  son  de  la  chanson  magique  était  le  seul  à rompre  le  silence  de  la  pièce.

Alija  rassembla  son  courage.  Il  avait  entendu des  récits  sur  la  manière  dont les  Maîtres éprouvaient  la  détermination  de  leurs  étudiants,  et  maintenant  plus  que  jamais, la  situation exigeait  de  lui  qu'il parle  avec  autant de  vigueur  que  son  éducation  le  permettait.

« Je  n’ai  pas  d’autre  choix  que  de  protéger  mon  droit  de  connaître  la  vérité.  La  vérité  LA  PLUS HAUTE  »,  commença-t-il  avec  une  faiblesse  dans  sa  voix  qui trahissait sa  nervosité.  «  Je  ne  me contente  pas  de  connaître  en  partie  quand  je  sais  que  je  peux connaître  en  totalité.  » «

Toute  ma  vie, »  poursuivit-il, «  j’ai lu des  œuvres  spirituelles  et  je  les  ai  étudiées consciencieusement.  Mais  plus  je  lisais, plus  je  devenais  confus  –  à  tel  point que  je  voulus abandonner  purement et simplement la  recherche  de  la  vérité.  Pour  la  seule  raison  que  la  vérité restait  toujours  cachée.  Elle  devait  être  cachée  parce  qu’elle  changeait  d’un  livre  à  l’autre;  d’un enseignant  à  l’autre.  Vous  surtout,  qui êtes  un  maître  spirituel  gardien  de  la  Vérité  la  plus  élevée, vous  devez  comprendre  ceci.  »

Le  Maître  fit  onduler  sa  main  et l’instrument  disparut  immédiatement.  A  cet instant  le  Maître provoqua  une  expansion  du  temps.  Tandis  que  la  musique  s’était  arrêtée, la  présence  du Maître devint  plus  vive  et  plus  réelle.  Le  Maître  s’approcha  à  trente  centimètres  du visage  d’Alija  qui  était incertain  et tremblant.  Il  posa  ses  mains  de  chaque  côté  de  la  tête  d’Alija  comme  pour  la  maintenir en  équilibre.

Alija  luttait  pour  maintenir  son  regard  détourné,  par  peur  de  voyager  dans  la  profondeur  du  regard pénétrant  du Maître.  Mais  lorsque  le  Maître  se  mit  à  parler,  Alija  ne  put  résister  à  son  regard.  Il écouta  plus  profondément  qu'il  ne  l'avait  jamais  fait  auparavant.

« Il  n’y  a  rien  à  garder,  à  protéger  ou  à  défendre, mon  cher  Alija  »,  murmura-t-il  d'un  ton  mesuré. « Nous  sommes  des  créatures  de  l’Esprit, au service  de  l’Esprit  et bien  que  nous  revêtions  la biologie  d’un  animal  inattentif, nous  sommes  des  partenaires  intimes  du  Créateur  unique.  Notre  vie est  soignée  et  nourrie  par  cet Esprit  Universel  et nous  sommes  avisés  d’avoir  confiance  en  Lui, car c’est la  même  intelligence  qui  a  conçu ce  corps  miraculeux  que  vous  portez  et l’architecture  de l’univers  qui  drape  le  ciel  nocturne.  »

«  Il  vous  suffit d’écouter  les  sentiments  d’amour  de  votre  cœur, exprimés  par  le  corps  de  lumière qui  est  en  vous.  Cette  compréhension  profondément  pertinente  est une  clef  pour  vous.  La  vérité vivante, c’est  réaliser  cette  réalité  noble  et  puissante  et l’élever  depuis  le  royaume  de  l’abstrait vers  l’expérience  sincère  de  son  expression.  Telle  est  votre  relation  instantanée  avec  le  Divin.  »

Ensuite, le  Maître  recula,  et l’instrument réapparut  dans  les  mains  d’Alija.  Distrait,  Alija recommença  à  jouer  la  mélodie  qu’il  avait composée,  mais  cette  fois  la  présence  du Maître  se retira.

Alors  que  la  lumière  de  son  corps  diminuait  et  fusionnait avec  la  lueur  dorée  de  la  bougie  qui éclairait  la  pièce, sa  voix  se  fit entendre  une  dernière  fois.

«  Vous  connaissez  précisément  l’action  juste, le  geste  exact  et la  réponse  créative  pour  chaque circonstance.  C’est  le  noble  héritage  encodé  dans  votre  corps  de  lumière  qui est le  Vous-même  le plus  profond et  le  plus  élevé.  Si vous  assumez  cet  aspect de  votre  identité  et  si vous  le  vivez  dans ce  monde,  même  seulement quelques  minutes  chaque  jour, vous  trouverez  non  seulement la  vérité vivante  et la  vivrez, mais  vous  la  transmettrez  aussi  à  chaque  battement de  votre  cœur.  »

Alija  ne  dormit  pas  cette  nuit  là,  ni  la  suivante  car  il  réfléchissait  à  son  expérience.  Durant la troisième  nuit, toujours  absorbé  dans  des  pensées  profondes,  il partit  avec  son  instrument  en direction  d’un  lac  du  voisinage.  Dans  la  nuit  sans  lune, n’entendant que  le  hululement occasionnel d’un  hibou,  il  suivit  soigneusement son  chemin  le  long  d’un  parcours  accidenté.  Finalement,  il  arriva au bord  de  l’eau qui  s’étendait  devant lui  comme  un  miroir  noir  et  impassible  qui  reflétait le  ciel nocturne.  Le  scintillement  de  la  lumière  des  étoiles  détendit  la  fatigue  de  ses  yeux.

Assis  sur  une  grosse  branche  qui était  tombée, il  commença  à  entendre  un  son  étrange,  dont  il n’était  pas  sûr  de  l’origine.  Il  se  mit  à  observer  le  mouvement  des  étoiles,  et le  monde  devant lui  se teinta  d’une  nouvelle  transparence.  Le  son  était  nettement  musical  alors  qu’il  semblait  pourtant provenir  des  étoiles.  Toute  la  nature  était tranquille,  en  dehors  du  son  mystérieux qui  s’écoulait tout  autour  de  lui,  semblable  à  une  symphonie  d’instruments  exotiques  joués  plus  magistralement qu’aucun  mortel  ne  pouvait  l’imaginer.

Il  fut  un  temps  où  Alija  aurait  défendu  son  sens  personnel  de  la  réalité,  mais  il  laissa cette  tentation  passer  rapidement.  Il  fut  un  temps  où  son  ego  serait  intervenu  et  aurait jugé  que cette  expérience  était  une  illusion  ou  un  mirage  mystique;  une  simple conséquence  de  son  agitation.  Mais  deux  nuits  plus  tôt,  il  avait  appris  quelque  chose  qui l’avait  changé,  et  ce  soir,  sous  la  plus  faible  des  lumières,  il  avait  trouvé  la  vérité  vivante dans le milieu qu’il comprenait le mieux : celui de la musique.

Adresse au message suivant


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Déc - 14:57, édité 3 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:09

Est présenté comme matériaux émanant des "wingmakers": non-seulement des textes philosophiques, non-seulement des tableaux offrant à la méditation des symboles, mais également, sous forme d'écrits de facture mythologique ou poétique, des enseignements spirituels / de sagesse. Enfin, des musiques également - l'ensemble de ces créations solidaires.
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:15

Je suis remué par ces passages que je résonne en ma mémoire:

Alija  rassembla  son  courage.  Il  avait  entendu des  récits  sur  la  manière  dont les  Maîtres éprouvaient  la  détermination  de  leurs  étudiants,  et  maintenant  plus  que  jamais, la  situation exigeait  de  lui  qu'il parle  avec  autant de  vigueur  que  son  éducation  le  permettait.

« Je  n’ai  pas  d’autre  choix  que  de  protéger  mon  droit  de  connaître  la  vérité.  La  vérité  LA  PLUS HAUTE  »,  commença-t-il  avec  une  faiblesse  dans  sa  voix  qui trahissait sa  nervosité.  «  Je  ne  me contente  pas  de  connaître  en  partie  quand  je  sais  que  je  peux connaître  en  totalité.  » «

Toute  ma  vie, »  poursuivit-il, «  j’ai lu des  œuvres  spirituelles  et  je  les  ai  étudiées consciencieusement.  Mais  plus  je  lisais, plus  je  devenais  confus  –  à  tel  point que  je  voulus abandonner  purement et simplement la  recherche  de  la  vérité.  Pour  la  seule  raison  que  la  vérité restait  toujours  cachée.  Elle  devait  être  cachée  parce  qu’elle  changeait  d’un  livre  à  l’autre;  d’un enseignant  à  l’autre.  Vous  surtout,  qui êtes  un  maître  spirituel  gardien  de  la  Vérité  la  plus  élevée, vous  devez  comprendre  ceci.  »

Le  Maître  fit  onduler  sa  main  et l’instrument  disparut  immédiatement.  A  cet instant  le  Maître provoqua  une  expansion  du  temps.  Tandis  que  la  musique  s’était  arrêtée, la  présence  du Maître devint  plus  vive  et  plus  réelle.  Le  Maître  s’approcha  à  trente  centimètres  du visage  d’Alija  qui  était incertain  et tremblant.  Il  posa  ses  mains  de  chaque  côté  de  la  tête  d’Alija  comme  pour  la  maintenir en  équilibre.


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Déc - 8:32, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:20

À travers une vidéo, un être parle et, derrière lui, une icône imitation de "La trinité" d'Andrei Roublev:

avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:28

Comme à d'autres occasions, souvent, sa tête bascule d'un côté, créant par imitation ou par opposition gauche-droite un contraste avec la figure du maître, sur l'image sainte, paraissant seul digne de verticalité, ou avec celle de ses "disciples" - supposément: le "Fils" et l' "Esprit".
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:36

Cette icône qu'il avait contemplé en conformité avec le dogme fondateur des religions du Livre, aujourd'hui, il la comprend autrement. Et cette vive conscience du poids des têtes inclinées se redresse avec une pensée réinformée, car en deçà de son histoire singulière, un pan essentiel de l'histoire collective semble lui avoir été restitué:
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 16:59

Via la culture comme lavage de cerveau, ce Père sensément d'amour pour ses disciples a été, en réalité, historiquement et symboliquement, comme forgeant les consciences des humains dans la peur, culpabilité (rs), soumission à une éthique qu'il ne respectait pas - modèle tordu, "père du mensonge". Au contraire, toute la mise en scène du texte sacralisé déformant sa nature spirituelle a brouillé son image, le soumettant à lui - ce qui était le but.
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 17:17

Bien sûr, les croyants ne voyaient pas cela - la particularité des humains qui tranchent sur ce dieu réducteur et détournateur de l'oeuvre de la Source est qu'ils sont tant habités par la contradiction du Dieu d'amour et ce monde, leur est si vital de voir se représenter dans des traces visibles l'amour illimité qu'ils connaissent derrière les apparences, qu'ils l'ont projeté sur l'idole. Ainsi, Roublev magnifiant ce potentat tout-puissant et terrifiant, l'habillant de Lumière, parle d'un Autre.


Dernière édition par la baleine le Sam 23 Juil - 15:59, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 17:28

Cet Autre est-il inaccessible ?
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 17:36

Quoi qu'il en soit des représentations de chacun, l'esprit humain jongle avec les symboles pour s'y reconnaître (rs) dans un miroir réunifiant. Ainsi, la "visite" de dieux "étrangers" à "Avram": qui sont-ils, dans l'histoire pragmatique soutenant l'idéalisation ?


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Déc - 1:45, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 17:38

Je me réfère à Anton Parks, volume 1 des "Chroniques du Girku" édition Nouvelle Terre page 453 et suivante:


Dernière édition par la baleine le Jeu 24 Déc - 18:23, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 17:49

Karmaone: "En ce qui concerne le christianisme, il semble que l'amour du prochain et le culte de la vierge soit un ajout tardif provenant en fin de compte de traditions païennes plus anciennes. Les textes et les religions gnostiques dénoncent ces religions "masculines", conquérantes et guerrières comme une sorte de virus, d'infection provenant d'extraterrestres, les archontes. Peut-on raisonnablement penser que les Gnostiques désignaient en réalité les reptiliens mâles lorsqu'ils parlaient des Archontes ?"


Dernière édition par la baleine le Sam 23 Juil - 20:39, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  la baleine le Jeu 24 Déc - 18:07

S'ensuit page suivante une démonstration édifiante d'une traduction du texte tronqué, où la trace explicite d'un "serpent terrifiant" disparaît d'une version à une autre retenue, la dernière faisant autorité.

Pourtant, recours à la racine la plus ancienne du mot ,"Père", en hébreu, qui dériverait du sumérien GINA AB UL - qui veut dire"Lézard" - réintroduit la faille qui avait été cachée dans le texte sacralisé - non par protection d'une "transcendance" divine mais par Tromperie.


Dernière édition par la baleine le Sam 23 Juil - 19:58, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contexte d'un rêve; une belle écriture...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum