5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Page 9 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 20:38

Lundi 12 septembre 2016 - 13:10

ADRESSE

>

Pour une meilleure lisibilité de ce fil et vu la valeur que je continue à reconnaître dans les retours qui me sont faits, de "Détaché du train", je reprend ce segment de notre échange. Car autour de cette image du centre de la cible et de la circonférence - ou du aleph-beit -, l'icône précitée me fait entendre  une nouvelle "résonance" - je parle ici symboliquement. Sur ce thème de "l'étendue" - l'espace situé entre le centre et la circonférence - comme constituante du matérialisme quantitatif selon René Guenon traduit par Xavier Séguin, je souligne:

<

1.
http://resonances.forumactif.com/t227p28-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes

2.
http://resonances.forumactif.com/t234-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes-5-123-table-analytique

3.
http://resonances.forumactif.com/t227p98-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8070

4.
http://resonances.forumactif.com/t193p420-4-3-une-naissance-difficile-et-pourtant

5.
http://www.wingmakers.com/

6.
http://resonances.forumactif.com/profile?mode=sendpassword

------

Les icônes 3 et 5 sont imagées.

Comment traduirais-tu ces adresses ?

>

1.
Ce rêve suit mon encodage du dialogue étudiant-enseignant avec le poisson volant, je posais pour hypothèse qu'il était central et je traçais pour cible de l'analyser en relation avec le texte.

2.
Je posais là de quoi me repérer dans ce dernier fil - un "triptyque" -, caractères agrandis n'étant pas de mon initiative au départ mais reproduits en accord.

3.
Ce message est crucial, central, capital.

4.

Ai-je affaire à un complot amical en réponses-résonances à mes questions posées-déposées en partie de mon gré, en partie non-voulues au départ dans la sphère publique ?

5.

L'origine de ces retours aurait-il rapport et lequel avec les WingMakers ?

6.
L'icône affiche le titre "Dire ce qu'on vit, vivre ce qu'on dit", cette orientation exclue désormais en section publique.
http://resonances.forumactif.com/t236-5-3-wagons-detaches-du-train#8074

----------

http://eden-saga.com/philosophie-le-regne-de-la-quantite-l-erreur-de-descartes-par-rene-guenon.html

Cette icône prenant la troisième position et suivant la seconde qui collectait des adresses, dans ma table analytique, avec d'autres soulignements...


Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:06, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 20:42

Samedi 17 septembre 2016 - 8:36

<

Ecoute ma voix écoute ma prière
Ecoute mon cœur qui bat laisse-toi faire
Je t'en prie ne sois pas farouche
Quand me vient l'eau à la bouche

Je te veux confiante je te sens captive
Je te veux docile je te sens craintive
Je t'en prie ne sois pas farouche
Quand me vient l'eau à la bouche

Laisse toi au gré du courant
Porter dans le lit du torrent
Et dans le mien
Si tu veux bien
Quittons la rive
Partons à la dérive

Je te prendrai doucement et sans contrainte
De quoi as-tu peur allons n'aie nulle crainte
Je t'en prie ne sois pas farouche
Quand me vient l'eau à la bouche

Cette nuit près de moi tu viendras t'étendre
Oui je serai calme je saurai t'attendre
Et pour que tu ne t'effarouches
Vois je ne prend que ta bouche
http://musique.ados.fr/Amandine-Nouvelle-Star-6/L-eau-a-la-bouche-t2520.html


Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:10, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 20:46

Samedi 17 septembre 2016 - 8:48

>




,


Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:13, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 21:00

Samedi 17 septembre 2016 - 9:07

Oh je voudrais tant que tu te souviennes
Cette chanson était la tienne
C'était ta préférée
Je crois
Qu'elle est de Prévert et Kosma

Et chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir


Avec d'autres bien sûr je m'abandonne
Mais leur chanson est monotone
Et peu à peu je m' indiffère
A cela il n'est rien
A faire

Car chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir


Peut-on jamais savoir par où commence
Et quand finit l'indifférence
Passe l'automne vienne
L'hiver
Et que la chanson de Prévert


Cette chanson
Les Feuilles Mortes
S'efface de mon souvenir
Et ce jour là
Mes amours mortes
En auront fini de mourir


Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:15, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 21:06

Samedi 17 septembre 2016 - 9:29



Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:18, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 21:10

Lundi 19 septembre 2016 - 9:11
12 10 16 ADRESSES

19.09.2016

"DPI": PRÉSERVER SA DÉVOTION INTACTE; "L'ESPRIT DE TOUS LES JOURS"; VOIR LA LUMIÈRE AMOINDRIE ET QUESTIONNER CET ESPRIT EN PRATIQUE - CHERCHER LE DISCERNEMENT - DANS CE MONDE DE LA FORME

Herrigel va ? au Japon pour s'initier à cet Art non comme une pratique extérieure objective - atteindre une cible extérieure - mais comme une discipline spirituelle - atteindre la cible extérieure comme signe d'une connexion non-mentale avec une force pouvant entrer en action suite à un "lâcher-prise" de la personnalité-égo : à un moment, "ça tire" et donc simultanément, cible intérieure et cible extérieure sont atteintes.
Comme tous les arts martiaux, le principe fondamental est: par la répétition de gestes toujours les mêmes qui sont une mise en condition particulière de l'esprit, permettre la prise en charge d'une action qui se révèlera... mais perceptible, éprouvée... ciblant le moment de définition de la pratique artistique comme "habitus"... je cite: "L'art est un habitus: on devient artiste en répétant des actes qui, au départ, pour s'initier à l'art, sont des actes fondamentaux... et en répétant les exercices, l'exécution se fait presqu'automatiquement.



Auteur : Herrigel Eugen
Ouvrage : Le Zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc
Année : 1953

Lien de téléchargement : Herrigel_Eugen_-_Le_Zen_dans_l_art_chevaleresque_du_tir_a_l_arc.zip

Préface. Un des caractères qui nous frappent le plus dans l’exercice du tir à l’arc, et en fait de tous les arts tels qu’on les étudie au Japon – et probablement aussi dans d’autres pays d’Extrême-Orient – c’est qu’on n’en attend pas des résultats simplement utilitaires ou des jouissances uniquement esthétiques, mais qu’on y voit un moyen de former le mental, et même de le mettre en contact avec la réalité ultime. Aussi le tireur à l’arc ne se propose-t-il pas seulement de toucher la cible ; l’escrimeur ne manie pas son épée uniquement pour triompher de son adversaire; le danseur ne danse pas simplement pour exécuter avec son corps certains mouvements rythmés. Il faut d’abord que le mental se mette au diapason de l’Inconscient. Si l’on veut vraiment maîtriser un art, les connaissances techniques ne suffisent pas. Il faut passer au-delà de la technique, de telle sorte que cet art devienne « un art sans artifice », qui ait ses racines dans l’Inconscient. Dans le cas du tir à l’arc, celui qui lance et celui qui reçoit ne sont plus deux entités opposées, mais une seule et même réalité. L’archer n’a plus conscience de lui-même comme d’un être occupé à atteindre le centre de la cible devant lui. Et cet état de non-conscience ne s’obtient que lorsque l’archer, parfaitement vidé et débarrassé de son ego, ne fait plus qu’un avec l’amélioration de son habileté technique – bien qu’il y ait dans cette habileté quelque chose d’un ordre tout différent que ne peut donner aucune étude méthodique du tir à l’arc. Ce quelque chose d’un ordre tout différent est ce qu’on appelle le satori. C’est de l’intuition, mais c’est tout autre chose que l’intuition ordinaire ; je l’appelle intuition prajnique. On peut traduire prajnâ par sagesse transcendantale, mais cela ne rend pas toutes les nuances du sens, car prajnâ est une intuition qui saisit à la fois la totalité et l’individualité des choses.
C’est une intuition qui, sans médiation d’aucune sorte, voit que zéro est l’infini et que l’infini est zéro. Et cela ne constitue pas une indication symbolique ou mathématique, mais un fait d’expérience résultant d’une perception directe. Psychologiquement parlant, le satori consiste donc en un outre-passement des limites de l’ego; logiquement, c’est voir la synthèse de l’affirmation et de la négation ; métaphysique-ment, c’est savoir par intuition que le devenir est l’être et l’être le devenir. La différence la plus caractéristique entre le Zen et tous les autres enseignements religieux, philosophiques et mystiques, c’est que sans jamais sortir de notre vie quotidienne, avec tout ce qu’elle a de concret et de pratique, le Zen a en lui quelque chose qui le fait se tenir à l’écart de la scène où se déroule tout ce que le monde a de sordide et d’agité. Et cela nous amène aux rapports entre le Zen et le tir à l’arc – et d’autres arts tels que l’escrime, l’arrangement des fleurs, la cérémonie du thé, la danse, les beaux-arts. Le Zen est « l’esprit de tous les jours », comme l’a défini Ma-tsou1, et cet « esprit de tous les jours » n’est pas autre chose que « dormir quand on a sommeil, manger quand on a faim ». Dès que nous réfléchissons, délibérons, conceptualisons, l’inconscience originelle se perd et une pensée s’interpose. Nous ne mangeons plus lorsque nous mangeons, nous ne dormons plus lorsque nous dormons. La flèche a quitté la corde, mais elle ne vole pas directement vers la cible, et la cible n’est plus où elle est. Le calcul qui est faux-calcul s’en mêle. Tout le tir à l’arc en est faussé. La confusion qui s’est glissée dans l’esprit de l’archer se traduit dans tous les sens et dans tous les domaines. L’homme est bien un roseau pensant, mais ses plus grandes œuvres se font quand il ne pense ni ne calcule. Il nous faut redevenir « comme des enfants » par de longues années d’entraînement à l’art de l’oubli de soi. Quand cela est réalité, l’homme pense et pourtant il ne pense pas ; il pense comme les ondées qui tombent du ciel; il pense comme les vagues qui déferlent sur l’océan ; il pense comme les étoiles qui illuminent le ciel nocturne ; il pense comme le vert feuillage qui bourgeonne dans la paix de la brise vernale. En vérité, il est les ondées, l’océan, les étoiles, le feuillage.
Lorsqu’un homme est parvenu à cet état de développement « spirituel », il est un artiste Zen de la vie. Il n’a pas besoin, comme le peintre, de toiles, de pinceaux et de couleurs ; il ne lui faut pas, comme à l’archer, l’arc, la flèche, la cible et tous les accessoires. Il a ses membres, son corps, sa tête et tout ce qui s’y rattache. Sa vie de Zen s’exprime au moyen de tous ces « outils », importants pour sa manifestation. Ses mains et ses pieds sont les pinceaux ; l’univers entier est la toile sur laquelle il peint sa vie pendant 70, 80 ou même 90 ans. Ce tableau s’appelle « l’histoire ». Hôyen de Gosozen2 disait : « Voici un homme qui verse la vacuité de l’espace dans une feuille de papier, les vagues de l’océan dans un encrier et le mont Sumeru dans un pinceau en écrivant ces cinq caractères : so-shi-saï-raï-i3. Devant lui j’étale mon zagu4 et je me prosterne. » On peut fort bien se demander ce que signifie cette façon fantastique d’écrire et pourquoi celui qui accomplit une telle prouesse est digne d’un immense respect. Un maître Zen répondrait peut-être : « Je mange quand j’ai faim, je dors quand j’ai sommeil ». Si son esprit est tourné vers la nature, il peut aussi dire : « Hier il faisait beau et aujourd’hui il pleut ». Mais pour le lecteur, la question peut continuer de se poser : « Où est l’archer ? ». Dans cet admirable petit livre, M. Herrigel, philosophe allemand qui est venu au Japon et s’est adonné au tir à l’arc pour arriver à comprendre le Zen, donne de sa propre expérience un récit qui nous éclaire. Dans sa manière de s’exprimer, le lecteur occidental trouvera une façon moins étrange et plus familière d’aborder le problème de cette expérience orientale quelque peu inaccessible. Daisetz T. Suzuki. Mai 1953. ...

http://www.aryanalibris.com/index.php?post/Herrigel-Eugen-Le-Zen-dans-l-art-chevaleresque-du-tir-a-l-arc
http://resonances.forumactif.com/t236-5-3b-wagons-detaches-du-train#8078

<

"D.P.I" ?

>

Traduction trouvée à 3.8.25 parlant d' "un monde impressionniste". Cette préface du maître est si sublime, merveilleuse, que comme sur un tapis volant on se voudrait déjà arrivé - polarisation tête pieds (résonances la Chouette / écho). Et en prime - pour accentuer le contraste avec le rêve et nourrir le cynique -, participation complice à "l'effort de guerre" - hara-kiri.
Tout cela, comme après avoir quitté le temple extérieur en Italie - mais équivalents rencontrés dans mes autres épisodes (rs la chouette) via orthodoxie, etc. m'avait désespéré. Car aucune voie n'avait étanché ma soif de contemplation d'une perfection incarnée déjà donnée et acquise préservant ma dévotion intacte (rs la chouette).

<

Je trouve:
Choix du nombre de pixels de la photo à visionner sur écran et PPP Modifier

Lors du visionnement des photos sur un écran, il est inutile que l'image possède un nombre de pixels qui soit supérieur à la définition de l'écran (à titre indicatif, pour un écran de définition 1920 × 1080, soit 2,07 Mpx)[2] si l'on n'effectue aucun zoom. Dans le cas où l'image possède plus de pixels que l'écran, il est possible de voir les détails en affichant l'image en taille réelle. Il est alors nécessaire pour voir différentes parties de l'image de déplacer la zone de visualisation. Par contre, si la photo a moins de pixels que l'écran, la photo ne remplira pas celui-ci (cas de la conservation du DPI de la photo), ou bien elle s'affichera en plein écran avec une perte de qualité à cause de la baisse de la résolution de l'image engendrée par l'agrandissement de chacun de ses pixels.

Quand on s'éloigne d'une image, l'œil ne distingue plus deux pixels côte à côte mais voit un dégradé continu, d'où la perception d'une image nette. En général, on s'éloigne davantage devant une grande télévision par rapport à une petite, en conséquence la résolution (en PPI) peut être moins importante.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Point_par_pouce

>

... contrainte matérielle rabaissant, rapplatissant la réalité d'un monde impressionniste à un mesquin, grincheux, désabusé voire cynique "principe de réalité". 

[Adresse manquante]

<

Enseignant: Il existe un poisson qui peut quitter son monde aquatique grâce à ses ailes. Même si ce n’est que pour un court laps de temps, il expérimente le monde des êtres respirant de l’air. Crois-tu que ce poisson volant n’ai jamais désiré toucher un nuage, monter dans un arbre ou s’aventurer dans une forêt?

Étudiant : Je ne sais pas… J’en doute.

Enseignant : Alors pourquoi vole t’il au-dessus de l’eau?

Étudiant : Je suppose que c’est instinctif, quelque chose ayant un impératif évolutif.

Enseignant : Exactement.

Étudiant : Alors vous dites que c’est la même chose pour les humains. Nous faisons des efforts pour expérimenter notre fragment Divin selon un impératif évolutif ou compulsif?

Enseignant : Oui, et comme le poisson volant, lorsque nous nous retirons de notre monde ce n’est que pour un court laps de temps et nous retournons sous la surface encore une fois. Mais lorsque nous sommes au-dessus de la surface de notre monde, nous oublions momentanément que nous ne sommes que des humains avec un début et une fin. Même là encore, lorsque que nous le faisons, nous n’imaginons pas que nous pouvons toucher la face de Dieu à l’intérieur de nous.

Étudiant : Moi si. Je sens que je peux et même que je devrais toucher ce fragment Divin.

Enseignant : Tu penses de cette façon parce que tu as l’espoir exubérant et la naïveté d’une personne qui ne connaît pas l’expérimentation de la Source.

Étudiant : Alors, vous ne pensez pas comme ça?

Enseignant : Quiconque est harmonisé avec ses plus hautes vibrations de son moi le plus profond peut le ressentir et se laissez guider par lui. La seule différence est que je suis satisfait de savoir que je ne l’expérimenterai pas durant mon incarnation dans un instrument humain.

Étudiant : Et que ce contentement vous procure t’il que moi je n’ai pas?

Enseignant : L’habileté de concentrer mon énergie dans ce monde plutôt que de l’appliquer à la poursuite d’un autre.

Étudiant : Mais je croyais que vous disiez que c’était un impératif évolutif? Comment puis-je contrôler ce désir ou cette ambition?

Enseignant : Vis dans ce monde avec toute ta passion et ta force. Vois ce fragment Divin dans ce monde, même s’il est une balise amoindrie ou un phare à faible intensité. Vois-le! Nourris-le! Ne sois pas trop rapide à le chercher au plus profond de ton cœur ou de ton esprit, où que tu croies qu’il soit.

Étudiant : C’est difficile de ne pas se décourager à l’écoute de ces mots. C’est comme si quelqu’un me disait que la vision que j’ai eue n’était qu’un simple mirage.

Enseignant : C’est un monde d’ombres et d ‘échos. Tu peux poursuivre la source de ceux-ci si tu le désires, mais tu le feras à la perte de ta vie dans ce monde. Tu diminueras ton expérimentation des ombres et des échos, et c’est la raison pour laquelle tu t’es incarné sur cette planète à ce moment-ci.

Étudiant : Cela me semble si passif, comme si je devais accepter d’expérimenter ce monde et de ne pas essayer de le changer. Je sens que je viens ici et que j’ai pour mission de l’améliorer, de le changer pour le mieux, et que je manque quelques expériences, quelques possibilités pour pouvoir le faire. Quel est ce sentiment et pourquoi est-il là?

Enseignant : Lorsque tu expérimentes la chaleur du soleil, changes-tu le soleil?

Étudiant : Non.

Enseignant : Et si tu tiens un morceau de glace dans ta main, est-ce que tu le change?

Étudiant : Oui. Il commence à fondre.

Enseignant : Donc il y a des choses que tu peux seulement expérimenter et d’autres que tu peux changer.

Étudiant : Et je devrais connaître la différence?

Enseignant : Ça aide.

Étudiant : Je sais cela. C’est élémentaire. Je ne crois pas que cela m’aide à être moins découragé.

Enseignant : Tu le sais, soit, mais tu ne l’as pas nécessairement pratiqué. C’est un principe de vie de pratiquer la discrétion et le discernement, même si les gens pensent que ce concept est élémentaire, cela fait une énorme différence dans la manière de vivre sa vie, dans un état d’accomplissement ou, comme tu le proposes, comme une frustration.

Étudiant : Donc, je ne peux changer le fait que le fragment Divin en moi est inconnu de mon esprit humain, et je dois l’accepter ainsi. Est-ce la leçon à retenir?

Enseignant : Non.
Étudiant : Alors qu’est-ce que c’est?

Enseignant : Le concept du fragment Divin en vous a du pouvoir. Il peut être contemplé, mais ne peut être expérimenté comme réalité dominante par un instrument humain. Par cette approche contemplative, vous pouvez apprendre le discernement, et, par ce discernement, vous apprendrez comment naviguer dans le monde des ombres et des échos d’une façon telle que vous apporterez des changements qui seront en accord avec les objectifs de la Source. Vous extériorisez la volonté du fragment Divin plutôt que de rechercher son expérimentation. Ainsi, vous éliminez la peur et les énergies de frustration qui circule à travers votre esprit.

http://resonances.forumactif.com/t243p14-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8163


Dernière édition par la baleine le Sam 5 Nov - 23:42, édité 7 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 21:54

Mercredi 21 septembre 2016 - 9:28

UNE CHOUETTE, UN CORBEAU ET UN RENARD: TROIS SIGNAUX CONVERGENTS POUR UN RÉABORD PRUDENT DE CE HUITIÈME RÊVE

>

À cette adresse
http://resonances.forumactif.com/t238-le-blog-de-paul-ponssot#8123

tu embrayes aujourd'hui avec ce que je cite de ce fil parallèle:

>

un travail critique et une synthèse excellente (articles de fond ...)
<

J'ai lu le second article qui est peut-être, sans doute, "une synthèse excellente". Au sens d'un refus de tergiverser avec la lecture la plus globale et la plus inclusive qui soit - au sens fort du terme et... non-récupérable par les sous-systèmes eux-mêmes infiltrés voire noyautés et récupérés par ce qui se tient juste en amont de la perspective globale... et emballant sous cellophane étanche tout ce qui se trouve en deça...

Je suis néanmoins en constat de deux éléments primordiaux:

1.
Comme forcément, une synthèse se doit d'aller au but sans perdre dans "des détails de l'histoire", elle prête le flanc à la critique de non-étayage par les faits vu la "généralisation outrancière". Et donc peut être facilement dénoncée comme a-scientifique. À ce titre, cet article ne constitue pas, selon moi, "un article de fond" - comme tu dis, le lecteur doit faire ses propres recoupements avec un ensemble d'autres données significatives.

2.
Les faits directs, bruts, sans généralités, sont néanmoins toujours thématisés par un regard singulier et donc excluant de la contextualisation d'un parti adverse - sa réthorique réciproque...
Ou bien alors le possible dégagement d'une gangue constituée par l'un de ces sous-systèmes parmi d'autres vers l'assomption - la souveraineté - des sujets singuliers - tel que je le comprend, le lieu de travail "discret" qui ne peut se réaliser

- d'une part "qu'à" travers ce niveau "sous-quantique" dont parle James;

- d'autre part, à travers le débat.

Pour que différentes potentialités puissent naître, c'est là en effet que, parallèlement, situation singulière de chacun puisse être soutenue... afin que ce débat puisse avoir lieu (maQom).
Qui pose bien un problème pratique et concret de méthodologie que ton forum me paraît avoir "résolu" en théorie.

?

<

Le rêve 8 qui s' ensuit, comment allons-nous le négocier ?

>

Mon travail permet à certains de se guider à l'intuition et, en se basant sur d'autres dépôts pour conclure unilatéralement, de "débattre" ailleurs sans que je bénéfice de retours utiles, pertinents, nécessaires (je veux dire: qui selon certaines conditions impératives pourraient se révéler utiles, pertinents et nécessaires...). Un peu comme un danseur ou un acteur sans miroirs qui devraient s'orienter sans possibilité de voir et de rectifier immédiatement - en temps réels ! - leurs gestes et expressions, ou comme un musicien qui entendrait ce qu'il produit avec un tout autre son ou à un moment différé que ce qui parvient au fond de la salle. Cependant, certains échos déformés m'étaient revenus...

<

Par exemple ?

>

Par exemple, concernant ce rêve, je trouve ceci en un autre endroit:

... si la lettre / la femme n'est pas épousée, apprivoisée, mais au contraire fait l'objet d'une appropriation dépourvue de "l'humide" d'une écoute-méditation-sagesse (ce qui exige du temps), alors elle-la-lettre-la-femme se ferme et l'énergie de renouveau qu'elle recelait se retourne contre l'abuseur.
Or, lors de mon essai précédent - interpréter ce rêve le nez collé dessus comme sur une "actualité" sans le recul et la contextualisation suffisants -, je voulais dire que trois signaux convergents m' étaient parvenus... dont le dernier en forme de guidance involontaire... car le silence aussi peut être verbe, n'est-ce pas ?

<

Qu'étaient ces trois signaux et comment les avais-tu traduit ?

>

Le premier était éminemment subjectif - délirant, estimeront certains. Ce n'est que mis en présence des deux autres que j'ai pu estimer un ensemble de données significatives...

<

Par recoupements...

>

Voilà (j'ai effacé par erreur le premier message de la première page de ce segment 5.3 que je devrai réinsérer, tout est décalé) !

Alors donc, je veux commencer de rédiger et, au travers de ma fenêtre ouverte, retentit ce que j'imagine non pas le chant d'un coucou mais d'une chouette. Pour traduire ce rêve 8, ces mots me demandaient au préalable de compléter ma table analytique, je n'en avais cure et, succédant à la chouette, à ce moment précis retentit un croassement de corbeau - premier signe.

<

Dans ce rêve éveillé, que représenteraient le corbeau, le renard et la chouette ?

>

Le renard est en bas du mât de cocagne abattu (à défaut d'une mer à baleine, peut-être pas loin d'une mare à canards ou d'un étang à grenouilles), la chouette et l'ensemble significatif de la scène m'avaient fait associer avec cet autre passage du segment 5.3b:
http://resonances.forumactif.com/t236-5-3b-wagons-detaches-du-train#8089

Pour faire un parallèle avec une autre (?) histoire ancienne, sur ce site dans un fil précédent, je disais, parlant de psychoreve qui s'était DÉGUISÉ (!) derrière le pseudo "icaunaise", que je n'avais pas trouvé meilleur signe assuré d'une "erreur", de ma part, que de le voir reposter sur psycho en se re-permettant de cuisiner un rêveur et, en constat de ses préventions-réticences, de le déblatérer comme il s' était permis de le faire cent fois à l'époque avec moi.

<

Depuis un temps, il était resté "silencieux", jusqu' à ce moment là... Mais pourquoi ce silence, d'après toi ?

>

Oui, pourquoi ? D' après moi, il manifestait une reconnaissance muette (!) de la pertinence de mon travail ! Le "bruit" signalant donc à ce moment là son soulagement - il allait pouvoir reprendre tranquillement ses petites affaires habituelles. Et qui donc avait attiré mon attention - ce que ce silencieux renard eût préféré conserver voilé à mon intention - troisième signal convergeant avec le second dont je ne parle pas.


Dernière édition par la baleine le Mer 12 Oct - 13:48, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Ven 30 Sep - 22:00

Vendredi 23 septembre 2016 - 20:01

QU' EST-CE QUE LE RÊVEUR, LE RÊVE ET LA RÉALITÉ ?; DEUX COCCINELLES "DU BON DIEU"; DE "L'IMAGE" À "L'IMAGINAIRE": UN INQUIÉTANT MYSTÈRE

Anne Givaudan, "Les Formes-Pensées": racines, éventail"


Cette question - "Qu' est-ce que le rêveur, le rêve et la réalité ?" me paraît posée par cette thématique des Formes-Pensées. Étant que si le rêveur n'est pas une machine à restituer du souvenir et que corps, pensée, émotion, rêve endormi et rêve éveillé constitueraient différentes couches plus ou moins subtiles d'un tissage complexe et souple (non-figé, non-rigide) d'une réalité fugace, toujours changeante (et on l'espère, toujours en capacité d'évolution), alors aucune interprétation autoritaire ne serait permise et peut-être, la question cruciale serait capacité génératrice - pour le meilleur et pour le pire - des différentes modalités de cette "pensée" - qui précède peut-être les mots par des images / par ce qui relèverait de "l'imaginaire".

L'une d'elles, je viens de la trouver morte desséchée, alors que, j'imagine, piégée dans cet appartement et trouvant en un cable d'écran vidéo ressemblance avec une fine branche d'un arbre, elle s' y était accrochée:
Je la croyais vivante jusqu'au moment de découvrir sa cadette:

Tant que je ne la vois pas trop grande pour constituer une menace pour ma sécurité - sa face n'est pas trop expressive pour ma race appartenant au règne des hominidés -, avec cette rondeur, ses petites tâches sur son dos et cette aile fragile qui s' est dépliée sous mes yeux (alors que je déposais mon journal de rêves sur un tabouret à côté de ma baignoire avant de pénétrer l'eau chaude), je trouve la coccinelle un animal tout-à-fait charmant. De plus, j'étais sous l'emprise d'une seconde lecture symbolique de ce qui pourrait constituer, en hebreu qabalistique, un "davar-parole-événement". Mais j'ai aussi trouvé, parfois, des araignées et, maîtrisant mon antipathie naturelle, je les mettais toujours dans un bocal prêt à leur intention que je fermais hermétiquement avant de les réexpédier par ma fenêtre dans la nature.

<

Les Coccinellidae, en français coccinellidés, sont une famille d'insectes de l'ordre des coléoptères, appelés aussi coccinelles, ou bêtes à bon Dieu. Les coccinelles figurent parmi les insectes utilisés par l'homme : beaucoup d'espèces se nourrissent en effet de pucerons et sont donc utilisées comme insecticide naturel. Selon la croyance populaire, le nombre de taches de la coccinelle dépend directement de son âge ; cette information est erronée.


>

Mis en regard du huitième rêve-cible qui nous occupe, ton soulignement est important. 
C'est après les avoir toutes deux photographié que, les remettant dehors, j'ai réalisé que celle qui paraissait la plus avancée en âge était morte. Compte-tenu de cette thématique des "Formes-Pensées" créées dans le subtil ou astral, compte-tenu de l'existence d'entités plus évoluées que nous dites "interdimensionnelles", ma découverte de ces deux coccinelles, en ce temps de parole-écriture, me donnait presqu' à croire en une intervention d'une de ces entités - générant sur ce plan des 3D à partir de cette racine anté-matérielle. Mais toute vie conscience dans la matière n'est-elle pas un miracle et un inquiétant mystère ?

<

Un élytre (du grec ἔλυτρον, « elutron » qui signifie étui) constitue une des deux ailes antérieures, durcies et cornées (partiellement ou totalement sclérifiées), qui recouvrent au repos les ailes postérieures de certains insectes, notamment ceux de l'ordre des coléoptères, à la façon d'un étui. Le nom des coléoptères vient d'ailleurs du latin coleus, étui.
(...)

Durant le vol, les élytres ne battent pas ; ils sont simplement relevés pour permettre le mouvement des ailes postérieures et donner plus de stabilité. Au repos, ils protègent principalement les ailes, mais peuvent servir de défense, soit à l'aide de couleurs vives qui effraient leurs prédateurs, soit en adoptant les tons de l'habitat naturel de l'insecte, servant ainsi de camouflage.

Dans certains groupes, les élytres ont fusionné, ce qui rend l'insecte incapable de voler : par exemple, les carabes.


Qui renvoie à cette image:



>

La partie de droite correspond au "géant apparemment dépourvu d'âme" de mon rêve, sauf qu' il était beaucoup plus long avec sa base immergée comme "son congénère" (qui lui était rond comme la coccinelle et dont j'associe maintenant le nom à "coccys" qui est je crois situé à la base de la colonne vertébrale).

COCCYS... COCCYX

<

Ton "S" - Sinueux comme un Serpent - était-il un "X" - comme la croiX de Saint André ?


>

La ressemblance avec le "géant" du rêve est stupéfiante. En position dite de "zazen", cette base est remobilisée, mais c'est bien la majeure partie des voies de Spire-ritualité orientale non-chrétiennes qui parlent d'un Serpent énergétique lové en cet endroit sensé se dérouler et se déployer tout le long, éveillant différents "chakra" ou centres-sphères-tournoyantes-d'énergie, jusqu'à atteindre la mise au monde dans un corps subtil, l'ultime but ascentionnel que serait le sommet de l'Arbre - Kether pour la symbolique de la qabalah.
Le risque - largement identifié aujourd'hui par des observateurs critiques - est l' "éveil" des centres inférieurs jusqu' à des débordements ingérables - je pense aux dérives sectaires et LE point d'ancrage majeur des Elites qui serait situé dans les abus sexuels. Alors que la voie "de James" rejoignant le Yoga proposé par Sri Aurobindo et Mère et rejoignant la conception chrétienne et la pratique de méditation hésychaste ferait exactement le chemin inverse: "réception" du "verbe-esprit" par le biais de l'oreille-tête-écoute dans le triangle supérieur descendant dans le coeur - triangle médian - ... 



http://www.elishean.fr/le-symbolisme-du-corps-humain-de-larbre-de-vie-au-schema-corporel/

... descendant en dernier lieu dans ces régions "à haute dangerosité" - si l'on pense au-delà de la sexualité raplatie à la dimension de nécessaire pratique "naturelle" - pour transformer, transmuter le lieu où notre programmation aurait été la plus contraignante dans le triangle inférieur via la manipulation qu'aurait subit notre adn.


Dernière édition par la baleine le Sam 19 Nov - 16:29, édité 6 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Dim 16 Oct - 10:05

16.10.2016
09:31:49

Estimant "l'heure grave" - où je me trouve, pour ma vie concrète, en un moment critique - et, en ce "tempo" du fil centré sur le rêve huit et le passage issu ? de Philosophie des wingmakers qui semble l'avoir inspiré, me rappellant nécessité de ramasser cette parole-écriture autour du centre vivant d'une cible-énergie et non dilution d'une "qualité" dans une "quantité", je suspendais poursuite de toute réflexion ici. Jusqu'à ne plus oser traduire ce rêve (en m'appuyant sur une certaine globalité accessible au moins sur ce support matériel que constitue ce fil 5.1,2,3 via la table analytique que j'ai constitué en l'état). 

10:10:54

C'est en cette première contextualisation large, ce matin, que m'arrivent résonances physiques répétées que j'ai traduit comme "autorisation" et même insistance pour que je publie ce qui va suivre - et je précise d'emblée: qui ne consistera pas en ma synthèse immédiate autour du centre de visée de cette cible mais en ajout de "nouveaux" matériaux.


-------

10:39:51





Dernière édition par la baleine le Lun 17 Oct - 13:23, édité 5 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Dim 16 Oct - 11:11

10:58:12

Ce qui précède date de ? avant-hier et que je n'ai pas noté en trace revisitable ni signification du contexte de ce moment car le message m'était apparu très clair. M'apprêtant à déposer signes de ce matin, à l'instant, mélodie de "Le p'tit ch'val" me re-galope dans la tête. D'où je conclus, également, suggestion d'inclure ces signaux qui ont précédé récemment.


Dernière édition par la baleine le Lun 17 Oct - 13:39, édité 1 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Dim 16 Oct - 12:21

12:14:46

RÊVE 16

A.
Je suis en partance, m'apprête à quitter un petit restaurant de quartier en me tenant sur le trottoir orienté vers la fenêtre - je m'imagine maintenant regarder à l'intérieur par cette ouverture. 
Je dois régler la note qui s' élève à 5 euros et, pour ce faire, le patron me donne un billet de cinquante tout en refusant que je le règle avec car ? c'est une trop grosse coupure et qu'il craint que le billet soit faux. 
Éloigné du restaurant et examinant le billet, je trouve des inscriptions au verso - des lignes de texte - qui me confirment la déclaration de suspicion du patron. Je me dis que, sans tarder, je dois y retourner et le lui restituer sinon c'est moi qui perd.

Au premier réveil, les mots:
16. Ce qui se cache derrière [l'assistance / le "sauvetage" mis en oeuvre par] des "travailleurs sociaux".

12:53:55

B.
Souvenir d'un lapsus sur une vidéo du Journal vidéophonique -  où je dis "école" en voulant dire le mot "colère". Je suis dans une école pour un genre d'expérimentation sauvage. 

15:18:37

<

Dès qu’une onde mentale ou une pulsion émotionnelle est émise par un être, un renflement vient à se manifester à la surface de l’une de ses coques auriques (ses corps subtils). Ce renflement qui est issu d’une force créatrice ayant généralement son siège dans les deuxième et troisième corps subtils (astral et mental) va jaillir immédiatement de ceux-ci pour adopter deux types d’itinéraires.
Le premier possible sera intérieur, la pensée se manifestera par une masse d’énergie se déplaçant en circuit fermé dans la zone des auras, polluant ou purifiant celle-ci. C’est le phénomène de l’idée fixe.
Le second sera extérieur à l’individu, la pensée donnera lieu à une puissance à part entière, douée d’une forme d’autonomie capable de voguer vers l’univers entier selon la durée et la force du souffle qui l’a émise. Cette puissance ou cette énergie est dotée d’un corps très nettement discernable à un œil exercé.

L’Etre qui pense agit donc bel et bien comme un créateur dans le monde éthérique et la forme-pensée devient aisément un « être-pensée » pour peu qu’elle soit constamment nourrie par des ondes mentales du même type qu’elle. Elle se transmue alors en créature lumineuse ou au contraire déstabilisatrice, en ne considérant bien sûr ici que ces deux cas extrêmes. 

Selon le grand principe qui veut que ce qui se ressemble s’assemble, les pensées du même type convergent les unes vers les autres afin de constituer ce qu’il est convenu d’appeler « un égrégore », énorme réservoir éthérique d’énergies de nature semblable.

En d’autres termes, si vous êtes fréquemment générateur de pensées et de pulsions de colère, vous créez une sorte d’être qui, non seulement obscurcit votre avance en encombrant votre propre aura, mais encore va se joindre à l’égrégore général de la colère.
Ainsi naissent dans l’univers des énergies qui finissent par s’infiltrer au cœur de la vie de façon insidieuse ; ce sont les véritables moteurs de la violence et de la guerre et nous en sommes tous responsables.

Il existe aussi évidemment une infinité d’égrégores différents, non pas seulement pour des pensées distinctes ou des émotions, mais aussi pour des courants de pensées. A partir de là, on peut comprendre aisément que de tels réservoirs énergétiques sont capables d’influencer la vie de la planète et de l’humanité, la parasitant constamment ou au contraire la purifiant. Qui plus est, chaque être a la possibilité, consciente ou non, de puiser des forces dans le ou les égrégores en résonance avec ses propres desseins ou tendances.

http://resonances.forumactif.com/t244-anne-givaudan-les-formes-pensees-racines-eventail-et-les-manchots-a-cinq-sens-brassens-et-la-mauvaise-reputation#8284


Dernière édition par la baleine le Mar 1 Nov - 16:17, édité 11 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Dim 16 Oct - 19:50

19:13:22

>

La phrase 16 - qui pourrait complémenter le texte du rêve en suggérant une orientation de sa traduction - 
http://resonances.forumactif.com/t243p112-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8290
prononce les mots "sauvetage" et "travailleurs sociaux". Je me souviens que ? l'année passée, l'association "La catharose" avait invité Roger Fiammetti dont j'avais parcouru un ouvrage comprenant ce schéma corporel:


http://antahkarana.forumzen.com/t2939-la-colonne-vertebrale-la-cle-de-nos-emotions

"L5" situe fragilité par ? "complexe du sauveteur" - ? cette région est comprimée et donc à certains moments de stress, peu mobile voire bloquée chez moi.

Le rêve 16 m'est maintenant très clair: je suis le "patron" du rêve qui "m'alimente" par le biais de ce site que je réexamine en regardant par "la fenêtre" ("windows"). 
M'est signalé en projection un "trop" / "règne de la quantité" - 50 euros - que, ce matin au réveil, j'envisageais de déposer dans deux fils parallèles comme pour continuer de "temporiser" sur un essentiel - 5 euros. Dans ce rêve, je désirerais donc me restituer une "quantité" à moi-même afin, pour ce lieu, de me "payer" une "qualité" - cf. René Guénon.
http://resonances.forumactif.com/t243p98-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8272


Ce rêve m'inviterait donc ici à rester centré sur un essentiel.


Dernière édition par la baleine le Jeu 27 Oct - 18:26, édité 4 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Lun 17 Oct - 7:43

17.10.2016
07:08:09

<

En ignorant de ce rêve 16 certains détails d'une contextualisation rapprochée (qui ont sans doute été repris par le rêveur pour élaborer son message), je remarque une analogie peut-être intéressante à relever avec un "autre" rêve issu du Journal vidéophonique intitulé "Je m'improvise cuisinier" quatrième partie (27 avril 2014). 

Similitudes
1. dans l'opposable "gros billet" et "petite monnaie"; 
2. dans ton engagement personnel pour "te nourrir"; 
3. dans la nécessité d'un "remboursement" à opérer.
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  la baleine le Jeu 20 Oct - 20:11

20.10.2016

La phrase 16 que tu as réceptionné se décline à l'impersonnel et au pluriel, pourtant - je constate et qui mérite d'être souligné -, tu l'as traduit dans une perspective d'inscription dans ton Arbre qui pense et "parle" au singulier: cela veut-il dire que tu exclus traduction en-deçà / par-delà ?

>

Personne ne peux penser une pièce isolement d'un puzzle / système global ou grande image de laquelle elle procède, la comparaison ne correspond cependant pas à l'idée de "résonances" telle qu'évoquée par la citation reprise sur les Formes-Pensées nourries par et renforçant les "égrégores" tant négatifs que positifs.

Je m'interrogeais sur le choix de mon inconscient de ce double mot "travailleur social" (qui a connu une carrière plus heureuse que le trop individualisant "assistant social"... comme si les pooovres indivis-dus n' étaient pas à "assister", également, dans la perspective du "nous" qui implique nécessité, réciproquement, de travailler SUR le social) - en quoi cette expression et ce métier "du social" pouvait bien me concerner ? - et j'arrive à la conclusion que, comme dans le langage du rêve, il emprunte à "la grande image" en s' adressant à moi qui peut, comme dans la vie "de veille", soit déforcer cette place, cette possibilité de croissance du je en projetant "au dehors" - un dehors-dedans imbriqués -, soit grandir en retournant son regard de 180 degrés - vers lui-même et sa responsabilité constitutive de sa liberté.

<

Nous sommes bien d'accord, mais qu'advient-il de cette réalité des "résonances" au cas où, hypothèse, des lecteurs se sentiraient concernés par cette phrase ?

>

Reconnaissance en ce miroir est-il possible si je parle sur eux et non pour moi ? Je conclus que "parler en je" sauvegarde la liberté d'autrui et une possible identification. Me paraît très différent de s' y reconnaître sans que je les aie accusé, ou bien de vivre une stigmatisation qui réduira les chances d'un progrès commun.

23:07:22

<

Ok. Et donc, qu'est-ce qui "se cache" derrière le "travail social" ?

>

Le b.a. ba du "travailleur social" - mais c'est valide dans toute profession - me paraît de savoir tracer une limite entre sa vie professionnelle et sa "vie privée" - pour autant qu'il aie pu mettre en place durablement une (res)source de gratification parallèle à son occupation principale et non d'avoir mis (ou de se retrouver avec) tous ses oeufs dans un unique panier. 

Ceci est tout de même une concession faite à la pensée unique - au sens que tout humain a un chemin singulier qui l'écarte éventuellement d'une norme posée comme absolu - pour souligner ce point: il se perd si le mal-être des autres le touche au point d'être lui-même dans l' impossibilité de se vivre en paix, fusionnant avec eux car portant sur lui excès de responsabilité.

<

Les égrégores étant aussi constitués et constituants des idéaux humanistes, je te fais remarquer une parenté de mot avec le sigle "PTB" - apparu dans "Je m'improvise cuisinier" -, où est valorisé un "Parti du Travail".


21.10.2016

05:43:36

>

"Je cherche en vain la porte exacte
Je cherche en vain le mot exit"

http://www.chartsinfrance.net/Serge-Gainsbourg/id-100974928.html

7:11
06:46:27

<

Pour le "parti PTB" / l' égrégore inspirateur de "justice sociale", tu en as déjà parlé disant ? avoir reconnu dans cette "grande image", pour ton singulier, la recherche "d'un autre rapport au travail et au plaisir".

>

Mais ici j'ai avancé un autre mot qui est "gratification" - le plan de l'âme est contenté dans son commerce avec l'idéal. À quoi nous devons ajouter les conséquences dans les relations interpersonnelles: cet auto-contentement rayonne et attire, notons-le bien, dans des rapports très vite thématisés par la re-connaissance spontanément ressentie et exprimée aux "bienfaiteurs de l'humanité". L'image qui me vient immédiatement est celle d'un toutou tenu en laisse dans la rue.

<

Un toutou ?

>

Ou un tout tout - un amour généré par celui qui donne chez celui qui reçoit et qui me paraît analogue au rapport d'une bonne mère ou d'un bon père avec un enfant, ou d'un bon maître avec un chat ou un chien domestiqué: tentation pour le sous-fifre de reconnaître un "tout" qui devient tout pour lui - qui le comblerait totalement. 
J'y trouve là racine de tous les amours fusionnels adressable à tous les charismes.

<

La dépendance va dans les deux sens mais ceci nous ramènerait-il, avec nuance, à la définition de la première "vertu" par James que tu avais repris à cette adresse
http://resonances.forumactif.com/t218-5-1-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#7683

et qu'il nomme "appréciation" ?

>

Face à "l'injustice", sont posés les mots "courage" impliquant "amour" et "présence", alors que je vivais une émotion de "colère", ne recevant pas un retour ou ne vivant pas convergence de vue avec ma valeur, mais constatais au contraire une forme d'ostracisme, de stigmatisation voire de persécution.

<

Je note encore "vision de notre but en tant qu'espèce" et "gratitude qui soutiennent les rapports loyaux et amicaux". Derrière l'expression "notre but en tant qu'espèce" on se trouve là dans une pensée sociale qui envisage par exemple la condition ouvrière dans une vision extrêmement vaste ?

>

En effet, par-delà revendication légitime à sur-vies matérielles, est ici impliqué connaissance d'un déploiement des âmes dans un espace-temps aux contours élargis. La planète terre et les hommes passent mais cette croissance de conscience échapperait à la finitude de l'unique matérialité.


Dernière édition par la baleine le Ven 21 Oct - 21:09, édité 19 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.3 WingMakers / les faiseurs d'ailes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum