Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Ven 28 Oct - 8:16

28.10.2016
07:59:18

LISTE DE LECTURE ACTUELLE

Je ne reproduis pas les extraits des adresses précédentes mais renvoie aux textes. 


Par contre, ci-dessous, citation de la liste de lecture actuelle - manifestement en phase ici-et-maintenant

Adresses correspondantes et mes commentaires pour suite. 

1. Psychologies: "Sortie du corps". Le cadre est blanc avec un cercle au centre, est décrit un voyage astral accidentel en état de demi-sommeil. J'associe à mon rêve en demi-sommeil avec mon pc.

2. "Un gros arbre coupé net". Une grosse barre comprenant ce titre au-dessus - "resonances" en noir en-dessous. "Mainte(nance) en bleu à droite dans le cadre. Blanc à droite, une jauge avec un indicateur d'urgence en jaune ayant dépassé le milieu à cheval sur les deux couleurs, un panneau triangulaire en amont de la jauge avec un point d'exclamation. Le txt des WM débutant par le poisson volant.

3. "Anne Givaudan: Les Formes-Pensées (racines, éventail); Brassens et la mauvaise réputation". Tout noir. Les 2 vidéos d' entrée. 

4. "5.3 WM: Magique retenue" page 10. Tout noir. La video du peintre-musicien Klimt-Fauré et du chef d'orchestre.

5. Ka(rmapolis) en bleu pour Ka. Un cadre gris en haut à gauche, tout le reste est noir avec une fine ligne grise également en bas à droite.

6. "5.3 WM: Qu' est-ce que le rêveur, le rêve et la réalité ?" page 9. Tout noir. La coccinelle, le squelette, la colonne vertébrale, l'Arbre sephirotique et l'Art de l'Authentique.
N.B. L'icône 5 vient de changer: apparaît un visage que j'associe à la citation de Shambala d'Anne Givaudan: "Il faut maintenant cesser de s’excentrer car il n’y a qu’un pas du soi au Soi, un pas que nous empêche de franchir notre seul ego. L’âme a le visage de cet ego."... Vos connaissances ne vous serviront à rien ou si peu… Qui a jamais vu une encyclopédie se feuilleter elle-même?… Prendre un stylo, enfoncer un clou, préparer un repas, sont les gestes quotidiens des hommes. Si pour vous ils sont insignifiants, ils sont aussi l’aveu de votre égarement. Qu’ils deviennent vos prières de vie et vos demeurerez au centre de vous-même… La matière est votre tremplin… Aimez sans commune mesure, aimez comme l’Amour lui-même. »
Le visage est partie droite dans le "O" de "KarmapOlis". Au-dessus de sa tête - comme la flèche d'un sapin -, une chevelure dressée. Entre "Ka" - à gauche - et "...rmapOlis" - à droite -, deux nuances de gris vers du plus foncé.

----------------

1. Deux témoignages dont le second message délivré par résonance, un troisième citant pour autorité... Wikipedia. Admettons. Je cite sans mettre l'adresse - comme promis, souhaitant marquer ma totale désapprobation pour la gestion et les orientations idéologiques défendues sur ce site.

"Sortie du corps"

"Bonjour, bonsoir,

Alors voilà, je viens vers vous car il m'arrive quelque chose depuis déjà plusieurs années, que je ne saurai expliquer. Peut-être avez-vous la réponse.

Cela m'est arrivé encore cet après-midi :

Après m'être réveillée d'une petite sieste, j'ai entendu une chanson que j'aimais bien, mais un peu trop forte. Pensant à mes voisins, je me suis dit que j'allais aller baisser le son (imaginant que ça venait de mon téléphone). Je me suis alors souvenue que je n'avais pas mis de réveil, ni touché à mon portable avant d'aller me reposer. C'est à ce moment que j'ai compris que la musique venait de ma tête et j'ai alors pu l'arrêter. J'ai donc pris conscience que j'étais sans doute dans un état de demi sommeil.
Vu que ce n'était pas la première fois que je me retrouvais dans un tel état, et que j'étais parfaitement consciente (j'avais même les yeux ouverts), je décidai de bouger ma main et de la poser sur mon visage et je restai une fois de plus, extrêmement surprise de voir que malgré les sensations réalistes sur mon visage et jusqu'au bout des doigts , ma main n'avait pas bougé d'un poil. Ou autrement dit, malgré que j'avais les yeux grands ouverts, je ne la voyais pas, mais je la sentais comme-ci j'avais vraiment réalisé ce mouvement.
Bref, après m'être amusée avec ça, j'ouvris la bouche et pour la première fois, je me senti flotter, m'élever et là, je ressentis un bourdonnement terrible dans ma tête, puis comme de l'électricité jusque dans les dents, comme si mon cerveau allait exploser. Je ne contrôlais plus cet état, j'avais peur et me sentais comme paralysée, incapable de reprendre le contrôle de mon corps "physique".
Je ne sais plus exactement comment l'expérience s'est terminée.

Quand je suis revenue à moi, j'ai cherché pour la première fois des informations sur internet et (truc de fou) je suis tombé sur des témoignages de sortie de corps, appelé aussi "voyage astral", qui ressemblaient tout à fait à ce que j'avais déjà vécu (sans aller aussi loin). Mais rien sur les "grésillements", les "bourdonnements" de folie très très désagréable que j'ai ressentis.

Est-ce que quelqu'un de vous a vécu une expérience similaire et a une solution pour ne pas que ça se reproduise ?

Merci d'avance !

Bonjour
Oui, j'ai eu l'impression de sortir de mon corps,
mais sans aucun bruit.
En fait, je ressentais que je me promenais au niveau du plafond, tout en sachant très bien que mon corps était toujours sur le lit et cela m'a un peu paniqué, donc j'ai "repris conscience" et j'ai réintégré mon corps.
Alors j'ai fait comme vous et j'ai lu pas mal de choses, j'ai acheté des livres et j'ai tenté de comprendre, mais je ne suis guère plus avancé.

C'est une chose que je provoque à peu près quand je le veux, mais je n'ai encore jamais eu le courage de quitter la chambre, par peur de ne plus savoir "revenir" comme je l'ai lu.

La différence avec vous, c'est que je n'entends aucun son.

Sinon, pour votre question "comment ne pas recommencer?", je dirais d'abord que pour moi c'est une sensation merveilleusement agréable et que j'aime bien recommencer, ensuite que pour ne pas recommencer, je pense qu'il suffit que vous ne vous mettiez plus en état de "demi-sieste".
Je veux dire que comme moi, vous avez le pouvoir de vous détendre à fond, un peu comme dans la sophrologie, et que c'est cet état de détente, de concentration sur votre corps, qui provoque la "sortie".

Bonjour  

Tu as sûrement fait une paralysie du sommeil.

"D’autres types d’hallucinations sont parfois rapportées : sonores (craquements, claquements dans la tête ou la nuque, bruits secs, bangs, sonneries) ; tactiles (contacts physiques, sensation d’être tiré par les pieds,vibrations dans le corps, tremblements) ; visuelles (tâches lumineuses, auras, boules de lumière, perception des objets dans le noir) ; kinesthésiques (sensations de flottement, de chute ou d’expérience hors du corps).

Mis à part le coté dérangeant des impressions décrites plus haut pouvant engendrer du stress et de l’anxiété, la paralysie du sommeil ne présente pas de réel danger." Ouf !  

Lien wikipedia :Paralysie du sommeil

2. 
http://resonances.forumactif.com/t245-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8320

3.
http://resonances.forumactif.com/t244-anne-givaudan-les-formes-pensees-racines-eventail-et-les-manchots-a-cinq-sens-brassens-et-la-mauvaise-reputation

4.
http://resonances.forumactif.com/t243p126-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes

5.
http://www.karmapolis.be/intro/accueil.htm

6.
http://resonances.forumactif.com/t243p112-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8280


Dernière édition par la baleine le Sam 3 Déc - 8:44, édité 10 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Ven 28 Oct - 20:44

"UN IMPÉRATIF ÉVOLUTIF"

A cette adresse
http://resonances.forumactif.com/t243p42-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8192
peu de temps après dépôt de ce rêve, je postulais une opposition entre les parties A et C ou au contraire une polarisation trouvant résolution des deux opposés dans la partie B dite "centrale" au propre et au figuré. 

À ce  temps d'analyse, je crois pouvoir discerner

  • Partie A, un GROS arbre

  • Partie C, un "corps décharné", cette expression renvoyant d'une part à l'analyse du rêve 1 à cette adresse

http://resonances.forumactif.com/t218p14-5-1-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#7726
disant, je cite: " En ce qui me concerne, dans le rêve, la "chemise" est si fine qu'à la différence d'un "enrobé", à travers ma peau, on peut voir se dessiner mes côtes";

d'autre part à l'association du rêve disant: "j'ai aussi trouvé des araignées et, maîtrisant mon antipathie naturelle, je les mettais dans un bocal prêt à leur intention que je fermais hermétiquement avant de les réexpédier par ma fenêtre dans la nature";

il y a encore les mots "géant machinique et dépourvu d'âme". Comme "la coccinelle" (ou plutôt: comme le "congénère" du rêve de forme "arrondie"), sa base est immergée mais la majeure partie se dresse en milieu aérien confinée dans le bocal;

il y a enfin l'image apparue avec le "carabidae" d' où a surgit une structure intérieure d'un corps physique / un squelette assimilable également à une structure portante machinique.

Or la seconde icône illustre, je cite: "Une GROSSE barre comprenant ce titre ("Un gros arbre coupé net") au-dessus - "resonances" en-dessous... un panneau triangulaire en amont de la jauge avec un point d'exclamation." 
À l'arrivée, cette adresse est agrandie. Avec le panneau "danger", elle pointe un problème ? symbolisant par cette icône l'épaisseur du texte global déposé sur ce site.

Mais je remarque que ce txt des WM débute par le "poisson volant" et qu'avant de m'inspirer ce rêve, les parties mises en gras dans le texte original s' adressaient à tous les "chercheurs spirituels". 
Que dit le texte ? "Pourquoi vole t’il au-dessus de l’eau? Je suppose que c’est instinctif, quelque chose ayant UN IMPÉRATIF ÉVOLUTIF". Je vois symbolisé cet impératif par la première icône - cadre blanc avec en son centre une cible.


Dernière édition par la baleine le Mar 22 Nov - 7:31, édité 8 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Ven 28 Oct - 21:36

LE CENTRE DE LA CIBLE ET "LA SOURCE BLANCHE" / "LE CINQUIEME RÊVE"; LE MOYEN ET LE BUT

À cette adresse
http://www.karmapolis.be/pipeline/resume_wih.html

- synthèse Gerry Zetlin -, Kyle Griffith recommande de ne pas attendre la mort physique pour se préparer au voyage astral - cad pour prospecter dans cette région à haute dangerosité.

Je cite:
"Tous ceux qui se sentent en accord avec l’information contenue dans ce livre devraient faire un effort conscient pour développer leurs pouvoirs psychiques durant leur vie terrestre. Ce sont des connaissances basiques de survie que chaque être humain doit développer et dont les rudiments ne sont pas si difficiles à apprendre. La majorité des groupes occultes et New Age ont assez de connaissances psychiques pour enseigner comment attirer l’attention d’esprits bienveillants sur le plan astral après la mort. Si un tel groupe n’existe pas dans leur entourage, les gens peuvent apprendre à acquérir de telles capacités avec presque tous ceux qui les possèdent déjà, simplement en essayant et en corrigeant les erreurs. Cependant, nous voulons souligner que le processus demande un effort réel, étalé sur de nombreuses années.
Nous voulons également avertir que ceux qui accordent du crédit à l’information de War in Heaven mais qui ne sont pas des occultistes accomplis ayant développés des pouvoirs psychiques élevés, devraient lire des comptes rendus d’expériences de mort imminente et apprendre à reconnaître les leurres posés par les théocrates [pour] asservir les imprudents après leur décès".

L'icône 1 proposerait: faire cet apprentissage serait atteindre le centre désirable de la cible. Ce serait le but, le moyen étant le lâcher-prise ou ouverture consciente du corps physique, comme d'une gangue, libérant  le papillon énergétique - cf. les deux exemples donnés.

9:11
29.10.2016

<

Revenons sur ce "centre vivant énergétique". Tu le vois représenté par le "centre de la cible" de cette première icône et, par le truchement d'un art martial, il est évoqué précédemment à cette adresse:
http://resonances.forumactif.com/t243p112-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8278

Le zen y est donc cité non-seulement à la manière philosophique d'un "Allan Watts" (pour ton vécu singulier, augmenté toutefois d'un coiffeur provoquant par effleurement de ta tête une expression corporelle outrée) mais comme éveil d'un "corps-énergie"
http://resonances.forumactif.com/t218p28-5-1-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#7746

D'autre part (?), en "fin" de ton fil "Une histoire personnelle"
http://resonances.forumactif.com/t90p84-mon-histoire-personnelle#1732
symboliquement mais aussi très concrètement, un Bouddha intérieur est nourri.

Parvenant fin de la page précédente
http://resonances.forumactif.com/t245-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8337
tu titres: "Un brownie au chocolat et un thé au jasmin". Où par-delà le descriptif d'un "scénario obscur", tu évoques sans citer un "développement" que proposerait Anne Givaudan qui décrirait "par le menu" un pendant positif et constructif nous amenant vers la troisième icône ?


Dernière édition par la baleine le Lun 7 Nov - 13:31, édité 7 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Dim 30 Oct - 6:37

>

C'est ce que j'envisageais. Mais un nouveau changement 
m'arrivant par la liste - je suppose: une adaptation-réponse à ta question -, j'adapte ma réponse réciproquement.

Me serait dit: le "voyage astral" n'est bien entendu pas envisageable comme fin en soi - ce que précise d'ailleurs ce couple Meurois-Givaudan dans la "vidéo-racine". Il s' inscrit dans un contexte de cheminement spirituel conduisant idéalement vers cela. 
Le chemin est unique - fidélité à une voie singulière - avec des expressions différentes - ou formalisations divergentes en apparences seulement - selon inscriptions dans l'histoire. 
Pourquoi ai-je eu besoin de reprendre le détail des variations du thème (musical) sinon pour voir apparaître enfin l'évidence "par recoupements" et, ce faisant, prendre acte que la lenteur extrême de ma soumission reconnaissante au verbe ayant pu apparaître comme tergiversations m'était indispensable / indices pensables. Ce n'est pas le moment de faire le bilan de ce que j'ai nommé en cette section "travail d'idée" mais je sais, à ce temps de ce travail, que qq ch d'important a bougé, s' est mis en place - je ne pense plus de la même manière. 

J'en viens à ce recoupement qui m'est proposé en citant détail de l'adresse relative... au tir à l'arc - suite de définition, donc, de cette cible intérieure-extérieure représentée par la première icône de la liste:

PRÉSERVER SA DÉVOTION INTACTE; "L'ESPRIT DE TOUS LES JOURS"; VOIR LA LUMIÈRE AMOINDRIE ET QUESTIONNER CET ESPRIT EN PRATIQUE - CHERCHER LE DISCERNEMENT - DANS CE MONDE DE LA FORME
Herrigel va ? au Japon pour s'initier à cet Art non comme une pratique extérieure objective - atteindre une cible extérieure - mais comme une discipline spirituelle - atteindre la cible extérieure comme signe d'une connexion non-mentale avec une force pouvant entrer en action suite à un "lâcher-prise" de la personnalité-égo : à un moment, "ça tire" et donc simultanément, cible intérieure et cible extérieure sont atteintes.
Comme tous les arts martiaux, le principe fondamental est: par la répétition de gestes toujours les mêmes qui sont une mise en condition particulière de l'esprit, permettre la prise en charge d'une action qui se révèlera... mais perceptible, éprouvée... ciblant le moment de définition de la pratique artistique comme "habitus"... je cite: "L'art est un habitus: on devient artiste en répétant des actes qui, au départ, pour s'initier à l'art, sont des actes fondamentaux... et en répétant les exercices, l'exécution se fait presqu'automatiquement.



Auteur : Herrigel Eugen
Ouvrage : Le Zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc
Année : 1953

Lien de téléchargement : Herrigel_Eugen_-_Le_Zen_dans_l_art_chevaleresque_du_tir_a_l_arc.zip

Préface. Un des caractères qui nous frappent le plus dans l’exercice du tir à l’arc, et en fait de tous les arts tels qu’on les étudie au Japon – et probablement aussi dans d’autres pays d’Extrême-Orient – c’est qu’on n’en attend pas des résultats simplement utilitaires ou des jouissances uniquement esthétiques, mais qu’on y voit un moyen de former le mental, et même de le mettre en contact avec la réalité ultime. Aussi le tireur à l’arc ne se propose-t-il pas seulement de toucher la cible ; l’escrimeur ne manie pas son épée uniquement pour triompher de son adversaire; le danseur ne danse pas simplement pour exécuter avec son corps certains mouvements rythmés. Il faut d’abord que le mental se mette au diapason de l’Inconscient. Si l’on veut vraiment maîtriser un art, les connaissances techniques ne suffisent pas. Il faut passer au-delà de la technique, de telle sorte que cet art devienne « un art sans artifice », qui ait ses racines dans l’Inconscient. Dans le cas du tir à l’arc, celui qui lance et celui qui reçoit ne sont plus deux entités opposées, mais une seule et même réalité. L’archer n’a plus conscience de lui-même comme d’un être occupé à atteindre le centre de la cible devant lui. Et cet état de non-conscience ne s’obtient que lorsque l’archer, parfaitement vidé et débarrassé de son ego, ne fait plus qu’un avec l’amélioration de son habileté technique – bien qu’il y ait dans cette habileté quelque chose d’un ordre tout différent que ne peut donner aucune étude méthodique du tir à l’arc. Ce quelque chose d’un ordre tout différent est ce qu’on appelle le satori. C’est de l’intuition, mais c’est tout autre chose que l’intuition ordinaire ; je l’appelle intuition prajnique. On peut traduire prajnâ par sagesse transcendantale, mais cela ne rend pas toutes les nuances du sens, car prajnâ est une intuition qui saisit à la fois la totalité et l’individualité des choses.
C’est une intuition qui, sans médiation d’aucune sorte, voit que zéro est l’infini et que l’infini est zéro. Et cela ne constitue pas une indication symbolique ou mathématique, mais un fait d’expérience résultant d’une perception directe. Psychologiquement parlant, le satori consiste donc en un outre-passement des limites de l’ego; logiquement, c’est voir la synthèse de l’affirmation et de la négation ; métaphysique-ment, c’est savoir par intuition que le devenir est l’être et l’être le devenir. La différence la plus caractéristique entre le Zen et tous les autres enseignements religieux, philosophiques et mystiques, c’est que sans jamais sortir de notre vie quotidienne, avec tout ce qu’elle a de concret et de pratique, le Zen a en lui quelque chose qui le fait se tenir à l’écart de la scène où se déroule tout ce que le monde a de sordide et d’agité. Et cela nous amène aux rapports entre le Zen et le tir à l’arc – et d’autres arts tels que l’escrime, l’arrangement des fleurs, la cérémonie du thé, la danse, les beaux-arts. Le Zen est « l’esprit de tous les jours », comme l’a défini Ma-tsou1, et cet « esprit de tous les jours » n’est pas autre chose que « dormir quand on a sommeil, manger quand on a faim ». Dès que nous réfléchissons, délibérons, conceptualisons, l’inconscience originelle se perd et une pensée s’interpose. Nous ne mangeons plus lorsque nous mangeons, nous ne dormons plus lorsque nous dormons. La flèche a quitté la corde, mais elle ne vole pas directement vers la cible, et la cible n’est plus où elle est. Le calcul qui est faux-calcul s’en mêle. Tout le tir à l’arc en est faussé. La confusion qui s’est glissée dans l’esprit de l’archer se traduit dans tous les sens et dans tous les domaines. L’homme est bien un roseau pensant, mais ses plus grandes œuvres se font quand il ne pense ni ne calcule. Il nous faut redevenir « comme des enfants » par de longues années d’entraînement à l’art de l’oubli de soi. Quand cela est réalité, l’homme pense et pourtant il ne pense pas ; il pense comme les ondées qui tombent du ciel; il pense comme les vagues qui déferlent sur l’océan ; il pense comme les étoiles qui illuminent le ciel nocturne ; il pense comme le vert feuillage qui bourgeonne dans la paix de la brise vernale. En vérité, il est les ondées, l’océan, les étoiles, le feuillage.
Lorsqu’un homme est parvenu à cet état de développement « spirituel », il est un artiste Zen de la vie. Il n’a pas besoin, comme le peintre, de toiles, de pinceaux et de couleurs ; il ne lui faut pas, comme à l’archer, l’arc, la flèche, la cible et tous les accessoires. Il a ses membres, son corps, sa tête et tout ce qui s’y rattache. Sa vie de Zen s’exprime au moyen de tous ces « outils », importants pour sa manifestation. Ses mains et ses pieds sont les pinceaux ; l’univers entier est la toile sur laquelle il peint sa vie pendant 70, 80 ou même 90 ans. Ce tableau s’appelle « l’histoire ». Hôyen de Gosozen2 disait : « Voici un homme qui verse la vacuité de l’espace dans une feuille de papier, les vagues de l’océan dans un encrier et le mont Sumeru dans un pinceau en écrivant ces cinq caractères : so-shi-saï-raï-i3. Devant lui j’étale mon zagu4 et je me prosterne. » On peut fort bien se demander ce que signifie cette façon fantastique d’écrire et pourquoi celui qui accomplit une telle prouesse est digne d’un immense respect. Un maître Zen répondrait peut-être : « Je mange quand j’ai faim, je dors quand j’ai sommeil ». Si son esprit est tourné vers la nature, il peut aussi dire : « Hier il faisait beau et aujourd’hui il pleut ». Mais pour le lecteur, la question peut continuer de se poser : « Où est l’archer ? ». Dans cet admirable petit livre, M. Herrigel, philosophe allemand qui est venu au Japon et s’est adonné au tir à l’arc pour arriver à comprendre le Zen, donne de sa propre expérience un récit qui nous éclaire. Dans sa manière de s’exprimer, le lecteur occidental trouvera une façon moins étrange et plus familière d’aborder le problème de cette expérience orientale quelque peu inaccessible. Daisetz T. Suzuki. Mai 1953. ...

Cette préface se rapproche du texte des WM précédant le rêve, pour moi, en ce que cette multiplicité d'applications de "l'esprit du zen" (tir à l'arc, art floral, cérémonie du thé, etc.) démontre une spiritualité qui s' incarne dans la matérialité, dans l'espace-temps.


Dernière édition par la baleine le Mer 16 Nov - 6:36, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Mer 2 Nov - 11:00

02.11.2016

la baleine a écrit:

>

1. un nouveau changement 
m'arrivant par la liste - je suppose: une adaptation-réponse à ta question -, j'adapte ma réponse réciproquement.

2. Ce n'est pas le moment de faire le bilan de ce que j'ai nommé en cette section "travail d'idée" mais je sais, à ce temps de ce travail, que qq ch d'important a bougé, s' est mis en place - je ne pense plus de la même manière. 

3. J'en viens à ce recoupement qui m'est proposé en citant détail de l'adresse relative... au tir à l'arc - suite de définition, donc, de cette cible intérieure-extérieure représentée par la première icône de la liste:

11:51

1. Ayant décrit une liste début de cette page, je me restreins à celle-ci.

2. Cf. 
http://resonances.forumactif.com/t243p126-5-3-wingmakers-les-faiseurs-d-ailes#8347

12:33

3.

<

Sous-titre de ce fil étant "Extrait du fil consacré à / autour des WM", parle-tu du texte du rêve ou du texte qui l'a précédé ?

>

C'est là qu'apparaît peut-être en quoi analyse de rêve, contexte rapproché et contexte "éloigné" seraient étroitement liés.


Dernière édition par la baleine le Ven 4 Nov - 11:16, édité 7 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Jeu 3 Nov - 10:40

03.11.2016

la baleine a écrit:
29.10.2016
9:11

<

Parvenant fin de la page précédente
http://resonances.forumactif.com/t245-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8337
tu titres: "Un brownie au chocolat et un thé au jasmin". Où par-delà le descriptif d'un "scénario obscur", tu évoques sans citer un "développement" que proposerait Anne Givaudan qui décrirait "par le menu" un pendant positif et constructif nous amenant vers la troisième icône ?

http://resonances.forumactif.com/t245p14-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8342

03.11.2016

22:08
21:40:06

Les trois exemples cités mettent en scène deux abords radicalement différents - opposés - de la vie. Je vois d'un bord deux jeunes couples ayant devant eux encore fort, constitué de pureté et de beauté: foi en l'amour - des qualités dont la seule évocation, en notre siècle héritant de la "pensée du soupçon", provoque chez une majorité de contemporains rabattement à l'horizontale -, et de l'autre ces humains ? ayant probablement été déçu face au "principe de réalité", désillusionné, le coeur meurtri, recouvert de cendre.
Il y a ce premier couple avec juste l' à venir devant lui - études et musique qui les relie et foi nourrie en l'amour qui relie le tout; le second voit se confronter inscription d'opposition de classes sociales dans leur singulier, leur certitude est là aussi force face à la pesanteur d'une "tradition"; et puis il y a le croisement muet, inconscient, de cette ? je l'imagine une femme âgée, un cheval fourbu en bout de course ayant perdu son fils - un autre genre de couple défait - avec ce jeune homme heureux, relié, rayonnant.


04.11.2016

La résonance des mots qui précèdent avec mon histoire est si puissante, soudaine, envahissante - un sentiment qui se nomme "tristesse" - que je me suis empressé de remettre en route ma machine à penser et à "agir"- où ce sentiment si proche de moi, qui me trouve si démuni, se transforme en mépris(e), fureur et pire. Conclusion: si la définition d'un "porteur d'âme" serait d'être capable de ressentir ce qui reste inaccessible à une machine, le phénomène de refoulement d'un ressenti par la pensée peut le rendre machinique dans une insensibilité apparente qui est auto-défense et résistance au vivant, soudainement, se rappelant à lui.


Dernière édition par la baleine le Lun 7 Nov - 13:42, édité 4 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Dim 6 Nov - 7:31

06.11.2016

Jeux, fantasmes, cris, dires et rires inconsistants

<

Ton dernier sous-titre comprenait "La source blanche"
http://resonances.forumactif.com/t245p14-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8341
- titre d'un essai de Patrice Van Eersel - et je retrouve ceci:

"... deux symboles retiennent mon attention: la baleine et le dauphin."

à cette adresse:
http://resonances.forumactif.com/t233-4-2-anton-ivan-boris-et-moi#6331

J'ai nettement l'impression, effectivement, de me retrouver dans un monde de "résonances" ou d' "échos". De l'effet de surprise voire de stupeur engendré par une "forêt de signes" convergents, d'une remontée soudaine, la tête et le cri / rire facétieux d'un dauphin émergent du fil d'eau avec quelques cabrioles avant de replonger.

>

Bien avant de poster sur centreaide et d'entendre résonner le cri d'une ORQUE-idée, j'avais déposé une adresse renvoyant à cet essai et questionné sur cet animal si touchant et si attachant que "je ne connaissais pas" - nous nous situons là au tout début de mes postages sur psychologies.
Par suite, avec ce jeu de mots ("Orchidée" / Orque-idée m'ayant soufflé à l'oreille ce pseudo "la baleine"), d'avoir "rencontré" Isis et l'administratrice du site "Harmonie des sphères", ma baleine voulait converser avec qui exactement (pour référer au chamanisme: avec quel "animal de pouvoir") ?
Il semble que, par transmission de pensées réciproques / opposées, une fois encore, le renard se soit inter posé - une vidéo était postée mettant en scène un renard et j'avais remarqué la similitude étrange, en contexte, avec le "Enlil" de la trilogie de Parks. Et nous - je parle des acteurs représentant un scénario confus / tirant parti de l'ambiguïté générée par "la langue symbolique" - l'avons laissé faire... 

Je proposerais qu"ignorants de cette réalité obscure de la puissance des échos d'un passé inscrit toujours actualisable selon notre liberté non-reconnue, nous avons tous très sincèrement JOUÉ et qu'en temps réel - comme toujours -, personne n'a compris ce qui SE serait également 
joué de nous:
http://resonances.forumactif.com/t52-journal-de-reves-du-1er-novembre
Conclusion: nous tous aurions été "trompé", je le crains (résonance d'un corbeau, un cri insistant à cet instant).

Un dauphin facétieux remonte une fois encore en surface et pousse son cri perçant qui est rire, car lui aussi vole, se propulse dans les cieux - "mi" - avant, une nouvelle fois, de re plonger plus durablement vers les fonds marins dans "les eaux d'en bas" - "mah":




http://resonances.forumactif.com/t193p406-4-3-une-naissance-difficile-et-pourtant#7597

8:11

<

J'ai confondu les titres: Patrice Van Eersel a consacré un essai sur "Les dialogues avec l'ange" (un poisson qui se balade dans "des cieux inconsistants")
http://m.grasset.fr/la-source-blanche-9782246488811
pour ensuite écrire sur les dauphins:

"L'homme a-t-il une mémoire qu'il tiendrait de ses lointaines origines animales ? Comment va-t-il évoluer ? Que peuvent nous apprendre nos cousins cétacés, et en particulier les dauphins, qu'une légende cherokee place, dans l'ordre naturel, juste avant l'homme ? C'est à ces questions que tente de répondre Patrice Van Eersel. Il a rencontré d'étranges musiciens qui ne composent que pour les baleines, des spécialistes des bactéries, des zoopsychiatres, des accoucheurs qui ne pratiquent les délivrances que sous l'eau, des Africains fous de rythmes, Ilia Prigogine, prix Nobel de physique, Lyn Margulis, Stephen Jay Gould...et, bien sûr, Jacques Mayol, le fameux {homo delphinus}, connu du monde entier depuis {le Grand Bleu.}"



https://books.google.co.uk/books/about/Le_cinquième_rêve.html?id=rwvE9kEmjlAC&source=kp_cover&redir_esc=y&hl=fr

Ce qui précède nous ferait-il avancer pour:

"C’est difficile de ne pas se décourager à l’écoute de ces mots. C’est comme si quelqu’un me disait que la vision que j’ai eue n’était qu’un simple mirage.

Enseignant : C’est un monde d’ombres et d ‘échos. Tu peux poursuivre la source de ceux-ci si tu le désires, mais tu le feras à la perte de ta vie dans ce monde. Tu diminueras ton expérimentation des ombres et des échos, et c’est la raison pour laquelle tu t’es incarné sur cette planète à ce moment-ci." 
?


Dernière édition par la baleine le Jeu 10 Nov - 16:45, édité 46 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 0:05

07.11.2016

>

À l'avant-dernière adresse reprise ci-dessus concernant publication sur ce site, cette année là, le "Journal du 1er novembre" qui n'a pu donner lieu au témoignage lié à l'expérimentation que j'imaginais mentionne une première tentative autonome de rêve éveillé ou embryon de "simbad" - fruit de recherches de Corrado Malanga sur les "abductions" relayées par le site Harmonie des sphères recoupant les conceptions très bien développées par Montalk -,
http://montalk.net/french/262/s-ouvrir-les-yeux-sur-l-influence-extraterrestre
Au cours duquel je crois entendre "... tu as été trompé...". 
http://resonances.forumactif.com/t52-journal-de-reves-du-1er-novembre#535

D'autre part (?), dans le fil "Une naissance difficile" 4.3 - même endroit, adresse suivante -, je retrouve:


... il est difficile de se fonder seul, ... comme disent les facétieux imitateurs d'un autre Maître, "les non dupes errent"

Je conclus que LA RECHERCHE DE DISCERNEMENT PAR LA MÉDIATION DE LA MÉDITATION DITE "QUANTIQUE" PROPOSÉE PAR JAMES SE FONDE SUR LE CONSTAT (RS), APRÈS EXPÉRIENCES VÉCUES, QU' AFIN DE PERMETTRE UNE ÉVOLUTION VIABLE "DE CE CÔTÉ DU MIROIR" - REVERBERANT SELON UN PATRIARCHE ZEN (ENO) "NOTRE VRAI VISAGE" - LES "RÉSONANCES" SONT INÉVITABLES :


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Nov - 19:35, édité 10 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 0:24

ENO, LE SIXIEME PATRIARCHE: où la poussière pourrait-elle se déposer ?

Par igen dans les GRANDS MAÎTRES le 1 Mai 2015 à 11:11

L'histoire d' Eno, l'un des maîtres les plus connus de la lignée Zen, sixième patriarche du ch'an, le "barbare du sud".
 
Eno (638-713, Huineng en chinois) est l'un des maîtres les plus connus de la lignée du zen. Comme beaucoup de maîtres, il passe une enfance difficile. Son père meurt alors qu'il est encore très jeune, le laissant lui et sa mère dans la plus grande des pauvretés. Ils récoltent du bois dans les forêts voisines et le vendent sur les marchés de Canton. Or, un jour qu'il sortait d'une livraison chez un client, un moine passa dans la rue en récitant le sutra du Diamant.  

"Lorsque l'esprit ne demeure sur rien, le véritable esprit apparaît."
A ces mots, le destin d'Eno bascula d'un coup. Son esprit s'ouvrit en deux comme une noix et il décida sur le champ de devenir moine.
 
Le jeune Eno se mit donc en route et après un mois de voyage, il arriva au Dongshanji, le temple de Konin, maître qui jouissait alors d'une grande renommée. 
"D'où viens-tu, lui demanda Konin, et que cherches-tu?
- De Canton, et j'ai fait un long voyage uniquement pour réaliser ma nature de bouddha. Je ne cherche rien d'autre.
- Eh bien, dit le maître, si tu viens de Canton, tu dois être un sauvage. Comment réaliseras-tu jamais la nature de bouddha?
Eno répondit alors:
- Les gens peuvent être du nord ou du sud mais, fondamentalement, il n'y a ni nord ni sud dans la nature de bouddha. Bien que ce corps de sauvage soit différent de votre corps à vous, maître, comment pourrait-il y avoir la moindre différence dans leur nature de bouddha?"
Konin comprit qu'il avait affaire à un être d'exception. 
Cependant, Eno était illettré et débutant, il ne pouvait donc pas se joindre aux moines. On l'assigna aux cuisines où il se mit à trier et piler le riz pendant des mois.
Un jour, maître Konin rassembla les pratiquants et leur dit:
"Je vous demande aujourd'hui de composer une strophe sur votre compréhension de la Voie. celui qui aura témoigné de la plus grande profondeur dans la compréhension de la Voie, à lui je donnerai la transmission et il deviendra mon successeur."

Le grand disciple était alors Jinshu, shusso du temple. Tous les autres moines renoncèrent à l'exercice, acceptant d'avance la suprématie du shusso. Pendant la nuit, ce dernier composa un poème qu'il alla écrire sur le mur du temple.
Notre corps est comme l'arbre de la Boddhi,
Notre esprit comme le miroir précieux.
Aussi devons-nous l'épousseter chaque jour
Pour que la poussière ne s'y dépose pas.

Quelqu'un passa devant Eno en récitant ces vers.
"Ceci n'est pas l'essence du zen, dit Eno. J'ai écouté les conférences du maître et ce n'est pas son enseignement.
Il n'y a pas d'arbre de la Boddhi
ni de miroir précieux.
Tout est vide (ku)
Où la poussière pourrait-elle se déposer ?

Sur ses instructions, le moine écrivit la stance d'Eno sur le mur. Le lendemain, tout le temple était en ébullition. Maître Konin, qui craignait pour la sécurité du jeune novice, effaça lui-même le poème avec sa sandale et déclara que tout ceci était complètement absurde. Mais le soir même il vint en secret dans la cuisine. 
"Le riz est-il pilé? Demanda-t-il.
- Le riz est depuis longtemps pilé, répondit Eno. Il n'y a plus qu'à séparer le grain de la balle.
Alors Konin frappa trois fois son bâton contre un pilon. Eno comprit. A la troisième veille (à minuit), il se rendit dans la chambre du maître qui lui remit le shiho, la transmission, ainsi que le bol et le kesa qu'il tenait lui-même de son maître. Ceci fait, Konin lui dit:
"Tu dois maintenant t'enfuir, car les moines n'accepteront jamais cela. Ils vont te chercher pour récupérer le kesa et le bol."
Eno quitta le temple cette même nuit et Konin l'accompagna jusqu'au bord du fleuve Jaune puis il rentra au temple et ne sortit pas de sa chambre pendant plusieurs jours. 
Les moines finirent par avoir des soupçons et Konin leur avoua que le kesa et le bol étaient en route pour le sud. Aussitôt, plusieurs centaines de personnes se mirent à la poursuite d'Eno, avec à leur tête un ancien général au bouillant caractère: Domyo (Huiming en chinois). Celui-ci distança rapidement les autres moines, prit de l'avance et finit par rattraper Eno dans les montagnes. Le sixième patriarche avait posé le kesa sur un rocher et s'était abrité en surplomb. 
"Le kesa est le symbole de la transmission. Comment peut-on combattre au nom de cela?
Domyo voulut soulever le kesa mais d'un coup, les forces lui manquèrent. 
- Je ne suis pas venu ici pour le bol ou le kesa, cria-t-il, mais pour le dharma.
Eno se montra. L'ancien général se prosterna.
- Enseignez-moi le dharma, demanda-t-il.
- Tu dis que tu viens pour le dharma, dit Eno. Dans ce cas, ne pense ni au bien ni au mal, et demande-toi: quel est ton visage originel ?
A ces mots le moine réalisa l'éveil et laissa partir Eno.
Pendant une quinzaine d'année il se cacha parmi un groupe de chasseur puis, comprenant que le temps était venu de répandre le dharma, il se rendit au monastère de Faxing, le Faxingji.
Il était de tradition dans les monastère de hisser la bannière du maître en haut d'un mât quand celui-ci était présent. Au pied du mât, deux moines discutaient.
- C'est la bannière qui bouge, disait l'un.
- Non, disait l'autre, c'est le vent qui bouge.
Eno les interrompit:
- Ni l'un ni l'autre, dit-il. C'est votre esprit qui bouge.
Le maître le reconnaîtra rapidement comme héritier du dharma et le fera officiellement moine en 677.
Eno fondera ensuite son propre monastère, le Baolingsi ( le Horin-ji, en japonais, sur le mont Sokei), au nord de Canton (à Nanhua). Il mourra le 3 août 713.
Son corps momifié en zazen est toujours visible aujourd'hui.
 
Comme le souligne le moine Luc Boussard (dans "Pèlerinage chez les maîtres éminents"), Eno marque une rupture dans le zen, un tournant capital "comme le nœud sur une tige de bambou." Géographiquement, le foyer du zen éclate en plusieurs pôle et se répand au Sud; historiquement, le monastère de Dongshan, "l'école du nord", va perdre son hégémonie et sa puissance; on va opposer un zen gradualiste, qui va péricliter, à un zen subit, le zen d'Eno; la lignée du ch'an jusque là très simple va se scinder entre rinzaï et sôtô dont Eno est la racine commune; enfin, le ch'an acquiert un style propre. Il se mâtine de taoïsme et de culture chinoise et se singularise nettement de ses origines indiennes. L'étude des sûtras va devenir plus marginale: ce qui compte, c'est la pratique, l'action, la spontanéité.
.
Source:
.
http://zencentral.eklablog.com/eno-le-sixieme-patriarche-ou-la-poussiere-pourrait-elle-se-deposer-a117501102


Dernière édition par la baleine le Lun 28 Nov - 6:35, édité 2 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 8:01

Ecoutant cette histoire, il est aisé de conclure qu'elle aurait pu finir beaucoup plus mal et que cette mauvaise fin était imputable à une "erreur" partagée (l'ambition et la jalousie constituant une imprégnation humaine-trop-humaine et, ce qui n'excuse personne alors et aujourd'hui, largement distribuée et accueillie).

En dépit de l'évaluation très réaliste et pertinente du maître, SI Eno avait renoncé en abandonnant les signes extérieurs de pouvoir et de richesse
 aux ambitieux alors qu'il était détenteur non-seulement de la compréhension profonde de l'éveil par-delà et en-deçà de la pratique formelle mais aussi de la responsabilité, à son tour, de la "vraie" transmission telle qu'il l'avait vécu "I shin den shin" ("de mon âme à ton âme"), dans ce cas de figure, le zen formaliste et graduel aurait juste continué de péricliter, c-à-d de répandre sa non-méthode consistant à créer des conditions pour... et que le meilleur imitateur du maître, le plus ancien, le plus industrieux, le plus populaire selon le politiquement correct gagne. Et Eno n'aurait pas apporté sa contribution à l'édifice de l'éveil faisant croître la sagesse non-mentale en s' adaptant aux nouvelles conditions de croissance de la conscience globale des moines dans l'histoire du zen.

<

Industrieux ?

>

Merci de cette question. Tel que je le comprend, Eno a "L'esprit de débutant" qui embrasse toutes les activités de la vie dans le temple extérieur et même en amont de la dualité action / non-action: puisqu'un kesa peut aussi bien être vénéré que maculé de confiture, puisque balayer peut se faire sans courir après la moindre poussière, rien n'a de sens et tout est sens dans l'activité pure de l'esprit - ou danse. Ainsi, pendant que les moines "avancés" pratiquent la méditation prestigieuse dans le dojo, il se trouve "assigné" aux cuisines, action opposable aux non-actions des assis vérifiée par le questionnement du maître avant sa mise en place de la transmission officielle. 
Mais, toujours comme je traduis cette histoire, l'évolution qui va suivre et qui est dite à la racine commune entre les rameaux soto et rinzaï, à l'origine de l'éveil, place moins la résolution du koan assis que l'acte "spontané" puisant dans "l'esprit du vide" (qui ne s' attache ni ne détache aucune tache de poussière de confiture sur aucun kesa).


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Nov - 20:29, édité 14 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 10:34

la baleine a écrit:
27.10.2016

09:18:14

<

Si le point focal du rêve est en B, en quoi vision de ta "nouvelle tête" te voit satisfait (puisqu'ensuite tu veux la payer) ?

Déflagration sonore.
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 18:19

la baleine a écrit:
REVE 8


A
(1) Je pénètre à l'entrée d'une forêt (2) et vois un énorme arbre coupé net à terre, (3) partie sectionnée côté du bûcheron à terre également. 
(4) Arrivant, ce tronc se trouve sur une légère pente côté de l'homme et je vois l'arbre qui vient de glisser d'un centimètre supplémentaire. (5) J'entend l'homme crier car il est coincé et écrasé par l'arbre.

B
(1) Dans une pièce derrière un comptoir (rp), une femme.
(2) Elle m'a ? coupé les cheveux. (3) Après avoir vu le résultat dans un miroir, je vais vers elle pour la payer.

C
(1) Je porte un bocal (2) - me vient le mot "coléoptère" et pourtant il ne vole, (3) est très long de corps qui ondule et très court sur pattes. 
(4) Dans la partie aquatique immergente, ce "géant" apparemment machinique et dépourvu d'âme (5) est accompagné d'un congénère plus petit qui reste dans l'eau (6) pendant que lui menace de sortir du bocal. 
(7) Je me dis, alors que je descend un escalier avec ma soeur qui conduit au sous-sol, (8) que je dois mettre un couvercle pour l'empêcher de sortir.

Au réveil les mots 
7. "chute générale"
et ensuite 
8. "20è arrondissement".

Je pourrais continuer à associer ad vitam aeternam et au petit bonheur et prospecter aussi, au passage, sur le double terrain de mon "imaginaire" et de l'écriture. Sans oublier la course-poursuite derrière les listes de lecture... M' est arrivé cette idée: et si j'abordais ce rêve comme si c'était celui d'un autre ? Soudain je vois émerger des pistes nouvelles. Je veux raccourcir, m'approcher autant que possible du but, ce qui implique, pour ce qui va suivre, de m'arrimer au texte du rêve, à minima, en liaison avec le texte des WM qui l'a précédé et les deux phrases entendues au réveil. Et la recherche de cohérence logique entre ces trois sources / données différentes et complémentaires.
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  la baleine le Lun 7 Nov - 18:40

1. La phrase 7 peut-elle être mise en relation avec le texte du rêve et des wm ? 
- Oui: l'arbre chute et, selon la thèse d'un langage du rêve qui me serait seulement et uniquement personnel, cette chute ne pourrait que pointer et stigmatiser un "énorme prrrrroblême" chez moi (dans ma psyché individuelle). Or la phrase paraît comme rectifier, nuancer, corriger cette conception trop étroite, parcellaire.

Il y a une phrase, dans "Lettres à un jeune poète" de Rainer Maria Rilke, parlant, selon mon souvenir, de la dé-couverte du Soi: plus difficile pour l'humain que pour l'arbre, car le destin de l'arbre - son dynamisme de croissance implicite - est tout inscrit dans la semence de départ là où, chez l'humain, vient s' interposer et interférer le mental, la pensée.
Or, selon James et les autres auteurs qui l'ont précédé dans ma découverte, cette pensée participerait de notre programmation-aliénation infligée. 

On peut lire l'opposition nature / culture comme faisant l'économie de cette donnée fondamentale, l'issue prévisible et cyclique des "civilisations" pouvant trouver racine non dans la pensée inspirée en elle-même mais en tant que puisant dans des mondes invisibles pas nécessairement tous bien intentionnés.

Non-seulement cet arbre "coupé net" du rêve devrait donc être envisagé dans ce contexte - pour moi il est "coupé net", la phrase dit "chute générale" - mais association précédente avec le texte des wm, concernant le poisson volant, parle d' "évolution inscrite".

... je remarque que ce txt des WM débute par le "poisson volant" et qu'avant de m'inspirer ce rêve, les parties mises en gras dans le texte original s' adressait à tous les "chercheurs spirituels".

Que dit le texte ? "Pourquoi vole t’il au-dessus de l’eau? Je suppose que c’est instinctif, quelque chose ayant UN IMPÉRATIF ÉVOLUTIF". Je vois symbolisé cet impératif par la première icône - cadre blanc avec en son centre une cible.

http://resonances.forumactif.com/t245p14-un-gros-arbre-coupe-net-coupe-de-cheveux-depourvu-d-ame#8340

Je me demande ce que représente l'acte de scier cet arbre et pourquoi la victime de la chute est en même temps le bucheron.

Concernant la planète, à l' époque où je le lisais, je me souviens que Satprem parlait de "crise évolutive" - un impératif de mutation globale de conscience. 
Les mots "Chute générale" pourraient-ils pointer que la dynamique de destruction dans laquelle l'humanité paraît empêtrée serait sous-tendue par la même force: en-deçà et au-delà de notre mental, en sa partie programmée négativement, derrière cette apparence, une aspiration où ce qui s' exprimerait serait un appel (rs) de l' astralité en tant que jonction psychique vers les possibles mondes spirituels ?


Dernière édition par la baleine le Ven 25 Nov - 20:36, édité 15 fois
avatar
la baleine
Admin

Messages : 7840
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Liège

Voir le profil de l'utilisateur http://resonances.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un gros arbre coupé net; coupe de cheveux; dépourvu d'âme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum